Accueil | dMute

King Creosote & Jon Hopkins

: Diamond Mine



sortie : 2011
label : Domino
style : Folk onirique / Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ First Watch
02/ John Taylor's Month Away
03/ Bats In The Attic
04/ Running On Fumes
05/ Bubble
06/ Your Own Spell
07/ Your Young Voice

Sur la couverture de Diamond Mine comme dans la musique qu’il renferme il y a le large et des vieux loups de mer pour le regarder. Dans ce décor brumeux, l’Écossais King Creosote (autrement dit Kenny Anderson) et l’Anglais Jon Hopkins déambulent le cœur en peine ou les poumons gonflés d’espoir avec autant d'aisance que des fantômes dans un manoir abandonné.

Ce disque est une déclaration d’amour à la région d’origine de Kenny Anderson, la pittoresque région de Fife. Chaque composition de Diamond Mine irradie à coup sûr de la même lumière et du même calme qui doit baigner depuis la nuit des temps les côtes et les villages de cette contrée entièrement tournée vers la mer.

Il a fallu sept ans au duo pour conférer aux sept pièces et aux trente minutes de l’album le magnétisme qui les enveloppe… Et sans doute autant d’ « intelligence émotionnelle » pourrait-on dire vulgairement, pour les faire sonner avec cette spontanéité qui confine disons le sans ambages, à la grâce.

En guise d'explication, il faut commencer par évoquer la voix du King Creosote qui emporte presque à elle-seule les ballades de Diamond Mine. C'est une voix qui malgré sa fluidité et son apparente pureté transporte plus de chose qu'on pourrait le croire, à commencer par une profonde mélancolie et des vieilles histoires imprégnées de folklore!

Alors il ne reste qu'à Jon Hopkins, en artisan subliminal ou en peintre impressionniste, c'est selon, de faire de ces ballades folk des perles d’onirisme en les bordant par petites touches de field recordings naturalistes, d'échos lointains et de nappes discrètes aux tons sépia.

Les mots en fin de compte sont vains pour dire ce que les deux hommes dans une alchimie symbiotique livrent avec une simplicité et une maîtrise qui forcent l’admiration : à savoir une vision fantasmée de l’évasion à l’âge électronique, des souvenirs de paysages intimes qui s’effacent à mesure que croît une sensation perçante de nostalgie.

Chroniqué par Mickael B.
le 11/07/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters