Accueil | dMute

Sutekh

: On Bach



sortie : 2011
label : Creaked records
style : Experimental / Click'n'cuts / Techno / Classique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Let There Be Night
02/ Bitter Tails
03/ The Lips Of The Foolish Way
04/ Repulsion By Slit And Roundabout
05/ The Glorious Day Has Dawned
06/ It Is Certainly Time
07/ All Men Must Die (For Glenn Gould)
08/ The Puzzles Of Babylon
09/ The Last Ho

Février 2009, Théâtre du Chatelet à Paris, J.S. Bach embrasse à nouveau son public. Dans tous les recoins du théâtre, du salon Nijinski aux extérieurs, des artistes d'horizons divers et variés vont faire (re)vivre sa musique en d'audacieux glissements vers les musiques du monde, le jazz ou encore l'électro. Seul musicien à représenter cette dernière, Sutekh croisera jusqu'au petit matin ses propres obsessions et sa vision du répertoire de Bach. Il prendra ce soir là un tel pied qu'il décidera de poursuivre l'aventure, figeant sur disque ce travail singulier. On Bach (titre peut-être en hommage à Switched On Bach album mythique de 1968 où ce dernier se faisait triturer par Wendy Carlos et Benjamin Folkman à coup de Minimoog) sort donc cette année chez les fougueux défricheurs de Creaked Records.

Si ce premier album de l'Américain depuis 2002 (on l'avait tout de même recroisé entre temps au sein du Pigeon Funk) apparait sur le papier comme une révérence arty à la musique du compositeur allemand, il s'avère être en fin de compte une relecture bien chahutée de ce répertoire. S'attelant à malaxer des extraits MIDI de cantates, des enregistrements d'arpèges baroques démentiels ou nous poussant à nous sacrifier pour Glenn Gould, Sutekh apporte une fois encore toute la preuve de sa talentueuse folie.

Dressant des passerelles alambiquées entre expérimentations contemporaines, click'n'cuts potaches et techno froide, notre producteur réalise la prouesse de maintenir en équilibre les échos électro avant-gardistes d'Oval, le charme funky glacial de Krafwerk et les élucubrations "Pop'eclectic" de Parmegiani. Avec en ombre portée à cet étrange édifice, le spectre scrutateur et dubitatif du génie d'Eisenach. "Quel drôle d'ouvrage " semble-t-il nous dire. Effectivement J.S., beau mais étrange !

Chroniqué par Yvan
le 28/06/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters