Accueil | dMute

Young Montana?

: Limerence



sortie : 2011
label : Alpha Pup Records
style : Glitch Hop / IDM

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ In Finite
02/ Sacré Cool
03/ Suchbeats (feat. Stainless Steele)
04/ Dreamhome
05/ Bad.day
06/ Mynnd
07/ Hot Heathrr
08/ Legwrap
09/ Midnight Snacks
10/ Repetition
11/ Connct

Du haut de ses 20 ans, l'Anglais Jon Pritchard, encensé par la prêtresse de l'électronique Mary Anne Hobbs, sort Limerence, album de hip hop largement marqué par l'IDM.

Première production impressionnante, Limerence est le fruit de nombreux collages, ingénieusement juxtaposés. S'inspirant de disco ou de soul sur certains titres, son auteur construit un hip-hop tourbillonnant et résolument moderne. Les compositions sont vives, pleines d'énergie. Prenant le meilleur d'un J.Dilla et le malaxant façon Flying Lotus (écoutez Suchbeats (feat. Stainless Steele)), Pritchard semble s'amuser à nous étourdir.

Fait remarquable avec cet album, il ravira autant les amateurs d'électronica que de hip-hop expérimental, touchant dès lors un large public y compris les néophytes. Cela s'explique par la présence de titres imparables. En premier lieu Sacré Cool et son beat enlevé, morceau à l'énergie disco qui apporte une joie instantanée. On peut y entendre le chant chamanique de Skip James, balancé sous forme d'échos magiques. C'est chouette de sampler Devil Got My Woman.

Bad.day ne démérite pas non plus. Rythmé par le handclap et les cuivres taillés finement en première partie, le morceau intègre une certaine acidité, nous enfonce progressivement dans cette journée de merde où tout part en couille, ce genre de journée qui vous fait grincer des dents et progressivement perdre la tête.

Et puis il y a Connct, dernier titre de la galette pour le moins tapageur. Ses grésillements annoncent un gros beat de clubber pour muter vers un rythme plus organique, mélodique et entraînant. Le genre de morceau que pourrait produire µ-ziq s'acoquinant avec Clark en utilisant les textures de Tokimonsta.

Sachez simplement qu'à travers cette large palette sonore, l'Anglais construit des rythmes se breakant les uns les autres. Il crée un chaos luxuriant, souvent virevoltant et chaleureux malgré sa complexité (Mynnd, Repetition), à l'image de l'artwork, conçu par le talentueux S.Maharba, où les lignes colorées du corps s'entrecroisent pour former un tout cohérent.

Le beatmaker puise sa force de son éclectisme, recyclant tout ce qui lui passe sous la main et le bidouillant de manière ludique. Daddy Kev a bien compris le potentiel de ce jeune Anglais en produisant Limerence. Alpha Pup nous offre un bel album, plein de fraîcheur et de bizarrerie, en provenance de L.A.

Chroniqué par StellaDominique
le 12/06/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters