Accueil | dMute

Timber Timbre

: Creep On Creepin’ On



sortie : 2011
label : Arts & Crafts
style : Pop crépusculaire

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Bad Ritual
02/ Obelisk
03/ Creep On Creepin In
04/ Black Water
05/ Swamp Magic
06/ Woman
07/ Too Old To Die Young
08/ Lonesome Hunter
09/ Do I Have Power
10/ Souvenirs

Avec ce quatrième album le Canadien Taylor Kirk alias Timber Timbre nous gâte une nouvelle fois. La sortie de son précédent album (éponyme) avait déjà marqué les mémoires en proposant un mélange de blues rock matiné de soul à l’atmosphère crépusculaire : entre un Leonard Cohen et les Tindersticks. Un album de crooner ou le résultat de la rencontre entre Elvis Presley et Antony and the Johnsons.

Cette nouvelle production en impose. Un chef-d’œuvre laisse la place à un autre. Creep on creepin’ on explore des contrées encore plus fascinantes. Ce quatrième album se veut plus contemplatif, plus atmosphérique. Contrairement à son précédent album, Timber Timbre laisse de la place, de la profondeur à la musique. Ici à l’image du titre d’ouverture (Bad Ritual) la musique respire, marque des moments en suspend comme pour mieux marquer la mémoire de son auditeur. Le temps s’arrête à chaque instant. On est frappé par la profondeur de cette musique, qui a été simplifiée dans sa structure et jusque dans ses notes… Mais quelles notes ! Timber Timbre laisse place à l’épure et se rapproche encore plus de la grâce. Une grâce vénéneuse et contemplative comme le souligne le second titre qui s’enchaine à merveille avec son prédécesseur. A tel point qu’on aurait juré que ces deux titres n’en formaient qu’un. Un titre qui rappelle de par la présence inquiétante des cordes, la noirceur vénéneuse de la bande originale du film Trouble Everyday signée par les Tindersticks. Une musique qui continue une décennie après sa sortie, de résonner dans la mémoire de son auditeur.

La musique de Timber Timbre se veut plus lancinante à l’image de Black water, où la basse semble marquer des moments d’arrêt à chaque instant. Des instants chaloupés qui soulignent la nonchalance d’une voix moins ouverte moins démonstrative de son art. Ici, il semble que le Canadien se laisse plus aller, il n’y a pas de fard dans cet album. Pas de coups de semonces, pas d’envolés lyriques. Seulement l’âme d’un artiste, qui après quatre albums, se laisse aller et donne à son art tout l’espace nécessaire pour que ce dernier puisse s’exprimer et se déployer vers son auditeur. Il y a plus de folie à l’image de l’introduction de Woman, un trait d’union entre la ballade soul et le psychédélisme doux dingue des Flaming lips. Le Canadien a assimilé le patrimoine musical de ses pairs. Ainsi la voix de Win Butler, les arrangements de cordes et les harmonies si propre à Arcade Fire habitent à merveille le titre Lonesome Hunter.

On l’aura compris, Creep on creepin’ on figure parmi l’un des grands disques de cette année 2011. Une œuvre habitée qui risque de résonner encore de nombreuses années dans la mémoire de son auditeur.


Chroniqué par Guillaume C.
le 22/05/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Hot Dreams
(2014)
Arts & Crafts
Folk / Pop crépusculaire
Reportage
(17/03/2012)
@ Café de la Danse



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters