Accueil | dMute

The Polish Ambassador

: Future, Sex, Computers



sortie : 2011
label : Jumpsuit Records
style : Glitch Hop / Chiptune / Dubstep

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Quantum Peeps
02/ Save, Develop, Protect
03/ Straight Blimpin'
04/ Glow Slowly
05/ Infinite Mammalia
06/ Interdimensional Lounge Music
07/ Rising in the Wake of Supernova
08/ Erotic Robotics
09/ Space Leaf Dub
10/ Lightening for Anyone
11/

Le "vocal stuttering" a connu un certain succès dans l'IDM de la première moitié de la dernière décennie. Difficile de dire qui le premier a utilisé cette technique, mais le duo Funkstörung a sûrement joué un rôle non négligeable dans sa propagation au sein de la scène. Elle consiste à déstructurer une voix en la découpant par syllabes, puis à jouer avec ces micro-samples. Les répéter, étirer, ralentir, repitcher et leur faire subir toute une série de traitements pour obtenir un flow rythmique assez intéressant. Pendant quatre ou cinq années, beaucoup d'artistes du mouvement s'y sont essayés, certains en ont même fait leur marque de fabrique (Deework), mais tout ça restait bien confiné à leur microcosme.

Puis il y a eu Modeselektor et son Dancingbox. Modeselektor était capable de toucher un public bien plus large que les Funkstörung et compagnie. Bien qu'elle n'avait rien de nouveau, le monde (du moins celui étranger à l'IDM) découvrait donc cette technique en 2005 seulement, alors même que les producteurs qui l'avaient inventée s'en étaient lassés au point de la laisser aux oubliettes. Un de nos chroniqueurs s'était même fendu d'un billet, croyant sans doute lui aussi avoir à faire à une innovation technique. Et comme souvent, ce qui a été inventé dans les caves finit par arriver, avec dix ans de retard, dans la musique mainstream : on peut entendre une version très simplifiée de vocal stuttering pendant le refrain de The Time des Black Eyed Peas.

La boucle ne serait pas complète sans l'épisode "revival". Et c'est justement à The Polish Ambassador qu'on le doit. Derrière ce pseudonyme se cache David Sugalski, un Californien surfant sur cette vague bien californienne de glitch hop. Mais ce qui distingue Sugalski de la Glitch Mob et ses nombreux avatars, c'est d'avoir fait du vocal stuttering son signe de reconnaissance. Il en deviendrait presque, depuis que tout le monde a snobbé cette technique, son unique héritier. Ce choix n'a pas été immédiat. The Polish Ambassador est d'abord un projet qui met à l'honneur les sonorités de vieux jeux vidéo. Mais à partir de 2008 Sugalski décide d’intégrer la déstructuration vocale comme élément à part entière de ses compos. Et c'est peut-être ce qui lui a valu mon intérêt immédiat. Je ne m'attendais plus du tout à en entendre quand Future, Sex, Computers a versé dans mes oreilles ce flow robotique désormais bien connu. Comme à la bonne époque !

A l'écouter plus attentivement, Future, Sex, Computers n'est pas un album exceptionnel. Mais ça reste frais, et rappellera quelques souvenirs à ceux qui ont suivi la vague IDM des années 2000 à 2005. Une sorte de remise au goût du jour à travers ces deux dernières tendances que sont le Glitch Hop et le Dubstep.

Chroniqué par Tehanor
le 20/05/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters