Accueil | dMute

Mount Kimbie

: Maybes EP



sortie : 2009
label : Hotflush Recordings
style : Post-dubstep

Tracklist :
01/ Maybes
02/ William
03/ Vertical
04/ Taps

Première fournée du tandem anglais (Dominic Maker et Kai Campos) post-dubstep Mount Kimbie, Maybes inaugure admirablement l'univers des deux gaillards. Signé sur label londonien Hotflush Recordings, Mount Kimbie poursuit l'exploration du UK Garage lancée par Scuba, Kode9 et tant d'autres...

Maybes, le titre éponyme de l'EP, lance la machine Mount Kimbie. Et de quelle manière ! Une boucle sonore déchirante enveloppe le cerveau. La pensée que vous pouviez avoir il y a 20 secondes se perd dans l'écho hypnotique des nappes aériennes. Mais au lieu de lasser, cette répétition impose un rythme quasi surnaturel qui frappe au coeur. Le morceau vit, implose, broyant et emportant tout sur son passage. Des voix pitchées s'accouplent avec un rythme organique (orgasmique?), pute qui prend au corps. Le tout s'avère cohérent, lumineux et laisse surtout l'agréable sensation de n'avoir jamais entendu pareille musique.

Suit William. Pépite fragile et timide distillant lentement une ambiance de fin du monde. De construction quasi-similaire à la piste précédente, elle instaure un climat vaporeux à l'ambient glacé et introduit, au terme d'une minute vingt, un rythme techno ralentit et sourd. Les crépitements caverneux s'immiscent en vous, comme la voix lointaine et pourtant intimiste du chanteur. Mount Kimbie pénètre les profondeurs de l'inconscient, vous submerge d'une mélancolie magnifique. Et ce n'est pas fini puisqu'en bout de course surgit un rythme perché, faisant relâcher l'emprise que Morphée commençait à avoir sur vous.

William vous plongeait dans une torpeur aphrodisiaque ? Le grondement des monstres aériens de la piste suivante vous remuera les trippes. Apparaissent tintements de cloche, de verre, et je ne sais quoi encore, qui contrastent singulièrement avec l'atmosphère sale, opaque, suffocante du morceau. On croirait entendre la danse goguenarde de squelettes perdus entre deux mondes depuis un temps infini. La montée abstract finale de Vertical, découpée avec une grande précision, accompagne superbement les voix pitchées, susurrées vicieusement. Le titre porte bien son nom. On monte, on monte, on aimerait que ça ne s'arrête jamais.

On aborde à présent le dernier temps de l'EP avec Taps. Ici, pas de construction en trois temps mais plutôt une ligne directrice poursuivie tout au long du morceau. Entêtant, sombre, doucement déviante, un rythme à la Mount Kimbie quoi, pas toujours définissable.

C'est la contradiction qui habite cet EP. Toujours sombre et lumineux, lourd et éthéré, caverneux et élégant, Maybes s'avère magique et dévastateur ! D'une maturité rare, exemplaire pour leur jeune âge. On doit cette qualité à ce souci du détail qui amène les compositions vers une perfection et un sens de l'épure aiguisé. En matière d'electronica ambient, on ne pouvait espérer mieux. Merci !

Chroniqué par StellaDominique
le 12/05/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Crooks and Lovers
(2010)
Hotflush Recordings
Dubstep



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters