Accueil | dMute

Einar Stray

: Chiaroscuro



sortie : 2011
label : Spoon Train Audio
style : Folk / Shoegaze / Modern Classical

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Chiaroscuro
02/ Yr Heart Isn't a Heart
03/ Arrows
04/ We Were the Core Seeds
05/ Beast
06/ Caressed
07/ Teppet Faller

Il y a certaines choses que je n'aime pas trop m'avouer aimer. Je préfère les garder dans l'expectative de les partager avec ma gonzesse. Ainsi, je n'écoute pas un album pour mon seul petit plaisir "élitiste", mais "pour nous deux", ce qui est nettement plus confortable pour la conscience quand il s'agit de pop un peu catchy. En plus, si elle l'adopte, je réduis un peu plus les chances de me farcir Cindy Lauper quand elle se vernit les ongles. Bien sûr, je n'espère pas m'épargner quelques uns de ses égarements qui me font parfois saigner les tympans. Mais si je m'en tire avec un Bright Eyes ou The XX, je m'estimerais heureux !

J'ai pourtant dû me raviser. La voix mielleuse d'Einar Stray, les cordes, les choeurs, le piano, aucun de ces éléments pourtant d'ordinaire si racoleurs n'ont su la convaincre. Sa sentence écrasant toute probabilité d'écouter le CD autrement que de mon propre chef, j'ai donc dû ravaler mon égo et m'y plonger comme il se doit.

Ce n'est pourtant pas ce à quoi je m'attendais. Il suffit d'écouter dans son intégralité la première pièce pour avoir le sentiment d'avoir à faire à un de ces compositeurs multi-instrumentiste de génie de la trempe de Son Lux. L'introduction du morceau est un café bien corsé que Cinematic Orchestra aurait offert à Yann Tiersen. Et quand Einar Stray profite d'un moment de répit pour poser sa voix, ce n'est que pour mieux repartir dans un long crescendo qui finit par donner au titre des élans rock rappelant presque 65daysofstatic. Les cordes sont reines, tout juste une batterie pour les accompagner. Le Norvégien limite les appareils d'amplification à une utilisation occasionnelle et purement expérimentale ; il n'en retient que les larsens. Avec Yr Heart isn't a Heart, on revient à une pop folk plus classique mais pas dénuée de charme. Sur Arrows, il pond un des thèmes les plus accorcheurs de l'album. A la manière de Mùm, les voix masculine et féminine chantent à l'unisson. We Were the Core Seeds poursuit sur la même lancée. Mais histoire d'en finir avec les ballades gentillettes, Einar Stray la moleste sauvagement à coups de manche de guitare.

On parcourt ainsi Chiaroscuro sans s'ennuyer un seul instant. Chaque facette qu'Einar Stray dévoile au grès de l'album révèle une surprise à laquelle on goûte avec une certaine délectation. Les comptines simples précèdent d'autres passages plus fouillés. Et surtout, Einar Stray ne se contente pas de poser bien confortablement ses fesses dans une complaisance popeuse, il tente, il expérimente, il met en péril ses compos. Un bel ouvrage, peut-être un brin trop poli, mais peut-on lui reprocher de vouloir bien faire les choses ?

Chroniqué par Tehanor
le 06/05/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters