Accueil | dMute

Iron and Wine

: Kiss Each Other Clean



sortie : 2011
label : 4AD
style : Folk / rock progressif

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Walking Far From Home
02/ Me And Lazarus
03/ Tree By The River
04/ Monkeys Uptown
05/ Half Moon
06/ Rabbit Will Run
07/ Godless Brother In Love
08/ Big Burned Hand
09/ Glad Man Singing
10/ Your Fake Name Is Good Enough For Me

Après avoir tutoyé les sommets, Samuel Beam plus connu sous le nom d’Iron and Wine revient sur les lieux du crime pour encore mieux développer le travail qu’il avait entamé avec son précédent album, The Shepperd’s dog.



A l’image de son précédent album, Samuel Beam fusionne toujours le folk, le blues, les musiques africaines (avec présence plus qu’appréciée de la kalimba et autres percussions), l’électronique (fugace), le reggae (Big burned hand) et le jazz avec finesse. Toutefois, à l’inverse de son précédent opus, le fond n’est plus celui d’une musique folk pimentée d’exotisme et d’électronique, compacte et fougueuse dans le propos.



Au contraire, le texan n’hésite pas à proposer un album hommage au rock des années 70. On pense à Chicago, Eagles, America, Lynyrd Skynyrd, Norman Greenbaum (et son Spirit in the sky)… Un chemin plus sinueux dans lequel l’auditeur est plongé dans un voyage alternant moments de tranquillité au déroulé limpide et clair comme de l’eau de roche (Walking far from home, Tree by the river, Half moon, Godless brother home, Glad man singing) et épisodes à l’héroïsme flamboyant (Monkeys uptown, Rabbit will run et le monumental Your fake name is good enough for me qui rassemble en sept minutes l’Afrique, le jazz, et le rock progressif).



Seul petit bémol, à l’écoute de Kiss each other clean, on ne peut que constater un certain déséquilibre entre ces trois monuments que sont Monkeys uptown, Rabbit will run, Your fake name is good enough for me et des titres très bien troussés mais qui à force de trop faire référence à ce répertoire rock FM, peut en prendre le principal défaut : celui d’une musique qu’on entend mais qu’on a de la peine parfois à ressentir et à vivre, surtout quand on n’est pas un grand fan du soft-rock des 70s type Eagles ou Supertramp.


Malgré ce constat, Iron and Wine propose un incroyable album qui finalement s’impose au fur et à mesure des écoutes. Notamment parce qu’il ressuscite un répertoire qui a parfois été ringardisé pour en donner une lecture moderne et passionnante et qu’il s’en dégage une série de titres qui vous plonge dans un état de grâce ultime.

Chroniqué par Guillaume C.
le 22/02/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Playlists
En écoute - Juillet 2015
Blog
Le titre de la semaine
No Way Out Of Here - Iron & Wine and Ben Bridwell



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters