Accueil | dMute

Matthew Dear

: Black City



sortie : 2010
label : Ghostly International
style : Electro / New Wave / Kraut / Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Honey
02/ I Can't Feel
03/ Little People (Black City)
04/ Slowdance
05/ Soil To Seed
06/ You Put A Smell On Me
07/ Shortwave
08/ Monkey
09/ More Surgery
10/ Gem

Et si dans vingt ans , et autant de rééditions dans des formats inconnus aujourd'hui, la hype du moment avouait être venue à la musique à cause de lui ? Alors, mesurera-t-on peut-être la richesse des productions de Matthew Dear.
Pour l'instant, ce sont surtout ses fans qui évoquent avec le plus de ferveur les qualités du Texan. Et pour tout dire, on ne voyait décemment pas ce que ce dernier pouvait faire de plus que son excellent Asa Breed, pour s'imposer dans un monde qui a souvent choisi depuis cette sortie, de couronner des artistes beaucoup moins inspirés. Pourtant, avec Black City, son nouvel Lp en date, il va pousser le bouchon encore un peu plus loin dans le qualitatif (excepté un artwork, ma foi, bien laid !).

Plus grave que son prédécesseur - c'est le moins qu'on puisse dire -, cet album marque le retour du sieur Dear au plus haut niveau. Si on tombe rarement raide dingue d'un disque, on partirait bien en ribouldingue, coupé de tout, avec cette galette sous le bras.
Éloquent, élégant, profond, le co-fondateur de Ghostly International, qui héberge cette nouvelle mouture, délivre là une démonstration tout à fait singulière : malgré la morosité ambiante, un certain jansénisme sonore peut bizarrement faire du bien. Pas tellement qu'on soit devenu disciple de Sacher-Masoch, mais étrangement, un brin de sobriété, quand le ciel s'appesantit, fournit parfois un exutoire nerveux qui est loin d'être du luxe.

En faisant de l'austérité son cheval de bataille, des ambiances à la froideur redoutable faites d'assonances kraut et new-wave (il faut plonger dans le groove neurasthénique de You Put A Smell On Me comme dans le bain glacial du plus martial Soil Seed) les gimmicks d'un disque qu'on peut qualifier de conceptuel, Matthew Dear dévoile des trésors d'inventivité, notamment dans l'utilisation des filtres sur sa voix, qui plus qu'un cache-misère donne une tout autre dynamique aux morceaux chantés, la majorité en fait. Une ingéniosité doublée d'un raffinement (Gem, sublime morceau d'ambient anémiée) qu'on ne soupçonnait qu'à peine. Pour au final, une musique plus complexe d'approche qu'il n'y parait (des titres comme Honey ou More Surgery nous laisseront d'ailleurs sur le carreau ...pas compris leur utilité). Sobre mais tordue en somme.

Ainsi, ce cher Dear vous reçoit, sourire en coin, lèvres pincées, sans se vautrer pour autant dans un quant-à-soi rigoriste et noir - un écueil évité avec justesse -, proposant même de vous mettre à l'aise. Et de baisser la lumière pour profiter de la vue. Oui, la ville est si belle à la tombée de la nuit.


Chroniqué par Yvan
le 14/01/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters