Accueil | dMute

Robert Crouch

: An Occupied Space



sortie : 2011
label : Dragon's Eye Recordings
style : Ambient / Field Recordings

Tracklist :
01/ I Melt With You I
02/ El Capitan
03/ Firehouse I
04/ Firehouse II
05/ I Melt With You II

Le territoire urbain, la façon dont il est aujourd’hui pénétré de toute part par la technologie au point de devenir lui-même « technologique », plus globalement en fait tout ce que recouvre la notion d’environnement urbain, nourrit depuis des lustres la réflexion et l’imaginaire des créateurs de musiques électroniques. Les défricheurs de l’ambient music et du field recordings plus particulièrement, ont fait de la ville le terrain privilégié de leurs expérimentations.

L’Américain Robert Crouch, dont le background d’artiste visuel ferait presque office de leitmotiv, se lance à son tour dans l’aventure électronique, à l’assaut de la ville post-moderne avec son premier album : An Occupied Space.

L’espace occupé ici, c’est celui des lieux publics : aérogares et grands magasins climatisés, où des foules anonymes prolifèrent en accéléré selon un ballet absurde et géométrique. Robert Crouch y a enregistré de nombreux field recordings en partant d’un critère simple : capturer plus que le son, la musique de ces espaces. Car tous les lieux où Robert Crouch a posé son matériel de sound capture étaient parcourus par une bande-son, une musique d’ambiance, cette fameuse muzak qui inspira à Brian Eno son manifeste Music for Airports.

Par conséquent, et la fiche presse du label Dragon’s Eye Recordings le dit très bien : l’œuvre An occupied Space a autant à voir avec la musique (sa fonction dans la ville, la façon dont elle berce nos errances aseptisées dans un paradis de la consommation) qu’elle est musique par elle-même, qu’elle est même musique composée.

A tous les coups elle est faite de drones atones et de manipulations qui rendent la réalité incertaine, indistincte. En effet, pendant les quarante minutes du disque, on évolue dans une brume électrique des plus opaques à travers laquelle percent parfois des rumeurs de cohues déjà lointaines et des bribes de symphonies de consommation tombant en ruine, à peine dégluties par des armées de hauts-parleurs.

En fonction des émotions qu'elle nous procure, l’œuvre de Robert Crouch fait ressortir l'atmosphère anxiogène, le climat de dépression et de solitude qui habite ces espaces à la fois familiers et froidement anonymes. Mais l'américain ne s'embarrasse jamais d'un traitement objectiviste, loin de là, privilégiant une démarche largement abstraite et subjective, conférant à son propos une aura intimiste des plus pertinentes.

An occupied Space n’est donc pas une compile de field recordings en guise de document pseudo-sociologique. C’est avant tout un recueil de pièces sculpturales où se croisent longues dérives ambient et traitements électroniques pointus. Formule habile par laquelle Robert Crouch transforme ces espaces aliénés en paysages, en phénomènes intérieurs.


Chroniqué par Mickael B.
le 12/01/2011

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters