Accueil | dMute

Ecid

: 100 Smiles And Runnin’



sortie : 2010
label : Fill In The Breaks
style : Hip Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Beautiful Smile
02/ Heart Shaped Boombox
03/ Party Manimals
04/ Big Things
05/ Fill In The Breaks Famous
06/ I Told You So
07/ Get A Fricking Tan
08/ Foot Prints
09/ Crawl (feat. Kristoff Krane)
10/ Presidents Day
11/ What Was I Thinking?
1

...

Ç
a a débuté comme ça. Moi, j'avais rien dit. C'est Arsenic qui m'a fait parler. Arsenic, un beatmaker, d'Arizona, un camarade. On se rencontre donc à Phoenix. C'était après une tournée pendant l'été 2008 où j'avais envie de lâcher la production. Il veut me faire écouter un beat. Je l'écoute. "Pose moi 2 couplets là-dessus! qu'il me dit. Je t'ai même samplé Jorma Kaukonen au refrain!". Voilà. "Si avec ça on est pas des mecs qui assurent! Faisons un album!". Alors, de ce morceau, il ne tardera pas longtemps avant que 13 autres titres furent échangés par gmail.

...


Cela aurait pu être un oubli majeur de cette année hip hop 2010; heureusement, dMute est là, dans un rôle de supersub' façon Sherringham/Solskjær (remember '99).

100 Smiles And Runnin' est l'archétype même de l'album passé à tort sous silence, pour la simple et bonne raison que l'artiste en question est plus ou moins un quidam, et que, par conséquent, peu de gens l'ont écouté. Originaire de Blaine (MN), 26ans et 3 albums solos derrière lui, il aura fallu cette collaboration avec AWOL One en début d'année pour qu'Ecid bénéficie d'un peu de visibilité dans cette scène foutraque qu'est le hip hop indé américain. C'est donc à la sournoise, sur le fil, comme un cancer après la chimio, que ce disque datant de juin s'offre un panégyrique en décembre ici même.

As a kid you drink Coke, as a teen you learn to snort it. As an adult you learn to smoke it cuz you can’t afford it

Entièrement produit par son ami Arsenic (membre du collectif et label d'Ecid, Fill In The Breaks), Ecid est ici rappeur et non producteur, comme il l'avait brillamment été pour l'album avec AWOL (que l'on retrouve sur le dernier morceau, John Wayne). Un rap accrocheur, parfois de haute volée (l'incroyable Big Things), souvent à la recherche du bon mot.

I live every day like a seven-ten split sweet talking good karma cuz revenge is bitch

Les beats sont très bons, et ce tout du long, ce qui en soit est assez exceptionnel. Imaginez un album de hip hop, couleur boom-bap, truffé de petits samples qui vont bien (très ciblé 60's/70's), tout cela est très commun, certes, mais où l'intégralité des productions sont au minimums bonnes, pour ne pas dire souvent très bonnes.

If you wanna learn how to play the trumpet just like Miles, don't just talk about it, do it and do it with style

100 Smiles And Runnin' est l'argument majeur pour s'intéresser de plus près au travail d'Ecid, avant même l'album avec Awol One, ou The Red Beretta (son avant dernier album). Et depuis le passage de Sprewell aux Wolves et le premier album d'Atmosphere, on avait rien eu de mieux en provenance du Minnesota.



Chroniqué par Lebowski
le 23/12/2010

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Werewolf Hologram
(2012)
Fill In The Breaks
Hip-hop



2 commentaires

par Crocoii (le 27/05/2012)
Production implacable, flow qui va bien, je suis conquis.

par Keisho (le 13/04/2011)
pas bien de reprendre une phrase de dieudo sans guillemet lol
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters