Accueil | dMute

Baths

: Cerulean



sortie : 2010
label : anticon.
style : Abstract Glitch Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Apologetic Shoulder Blades
02/ Lovely Blood Flow
03/ Maximalist
04/ ♥
05/ Aminals
06/ Rafting Starlit Everglades
07/ Hall
08/ You're My Excuse To Travel
09/ Rain Smell
10/ Indoorsy
11/ Plea
12/ Depart

Il a fallu qu'Anticon le produise, que Daedelus lui accorde sa bénédiction pour que le monde daigne enfin s'intéresser à Will Wiesenfield. Mal connu à ses débuts, malgré la cohorte de projets auxquels il a participé – citons notamment le groupe Post-Fœtus – le Californien signe son premier album sous le nom de Baths.

Cerulean est un disque pour les amateurs d’electronica bien ciselée. La production y est chaude et fourmille de détails. Mais décrire la popote de Baths n’est pas chose aisée. La première écoute est déconcertante. Le chant est enfantin, mélancolique, tout comme les rythmes syncopés qui envahissent l’album.

Apologetic Shoulder Blades introduit magnifiquement l’album sous une avalanche de sons cosmiques. Morceau abstract par excellence, Baths y fait preuve d'une certaine candeur. Le parcours se poursuit avec Animals. LE tube. Beats magiques, chœurs d’enfants, explosion de légèreté et, pour enfoncer le clou, un riff de guitare imparable qui rythme le tout. Le morceau est sensible, généreux, cohérent et atypique à la fois. Baths a décidément un son bien à lui. Gros coup de cœur aussi pour Hall où une sublime ligne abstract prend le pas sur un beau bordel introductif. La voix est touchante, nostalgique, presque miraculeuse. Tout s'accorde si admirablement bien, de l’acoustique à la mélodie plus électronique, que j'en ai à chaque écoute la bouche béante de bonheur. Et puis il y a Indoorsy, ou l'histoire d'une montée parfaite. Une belle ritournelle, très mélodique, accompagne un rythme syncopé. Le temps d'un léger flottement et nous voilà bousculés par l’arrivée de synthés et d’une voix plus pressante qu’à l’accoutumée.

Baths a pensé à tout. Pléa vient calmer les ardeurs grâce à son métissage acoustique électronique. La reverb des guitares est superbe, et on jurerait que le rythme en hand-clap sort d’un morceau de Daedelus. Cette piste aurait pu faire un beau final, mais Baths lui fait succéder un Departure qui sonne peut-être un peu bâteau par rapport au reste.

Un album aura suffit pour imposer Baths comme valeur incontournable de la scène. Son disque poignant, dansant, intelligent et très personnel, n’aura aucun mal à convaincre les amateurs d’electronica chill-wave à la Toro Y Moi ou de la pétulante scène abstract de Los Angeles (Flying Lotus). Au risque de les hanter après quelques écoutes...

Chroniqué par StellaDominique
le 06/12/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters