Accueil | dMute

Senking

: Pong



sortie : 2010
label : Raster-Noton
style : Dubstep / Ambient / Experimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Unlighted
02/ Luma
03/ Painbug In My Eye
04/ Death By Drowning
05/ Low Flow
06/ Breathing Trouble
07/ Mimi
08/ V8
09/ Skidozer 301

Senking (l'Allemand Jens Massel dans le civil) est peut-être une des figures les plus iconoclastes du label Raster-Noton. Parti du postulat ultra-rigide de celui-ci, il a su insuffler à sa musique la puissance narrative et sonore du dubstep. De ce point de vue, son album List paru en 2007, fait office d'opus magnum. Massel y démontrait un sens aigu de la mélodie et une évidente agilité technique. Réussir à créer une musique aussi exigeante mais aussi pleinement ludique et enthousiasmante n'est pas chose aisée. Lui y parvenait totalement. C'est sans doute là l'apanage des producteurs de musique électronique les plus talentueux.

Intitulé Pong, son nouvel album part d'une bien étrange idée : celle de rendre un hommage musical au célèbre jeu vidéo du même nom, petit bijou d’électronique en son temps (les années 70 !). L'ambiance de cette nouvelle mouture est donc au minimalisme, à l’image de l’interface préhistorique du jeu. Mais là s’arrête l’analogie, car le concept de Pong est plus le prétexte d'une descente mentale au son d’un dubstep racé. D’ailleurs, l’atmosphère du disque peut tout aussi bien rappeler, comme le signale malicieusement la fiche presse de Raster-Noton, celle des compositions d'Angelo Badalamenti pour les films de David Lynch.

En tout cas, vous l'aurez compris: l'« ambiance », c’est le maître mot de Pong. Tout est en effet mis en œuvre pour plonger l'auditeur dans un trip filmique des plus hypnotiques où musicalité rime souvent avec physicalité ; grâce notamment aux percussions lancinantes et aux grondements sismiques des infrabasses se répercutant dans un écho de souterrain. Ajoutez enfin à cela des nappes de clavier vrombissantes, pesantes à souhait et vous obtenez un son qui a de quoi faire trembler les cloisons de votre esprit.

Là-dessus Massel crée des progressions narratives subtiles et parfois même étonnamment élaborées, comme sur les neuf minutes douze du fantastique Low Flow. Il met alors en avant des influences et des sonorités très diverses mais toujours parfaitement digérées : downtempo nocturne et jazzy à la Bohren und Der Club Of Gore, glitch tout droit sorti des productions de Pole, ou encore ambient technoïde rappelant vaguement The Black Dog quand il s'agit d'esquisser une atmosphère d'autoroutes urbaines, de tunnels souterrains éclairés aux néons.

Sigmund Freud (que je n'avais pas encore trouvé le moyen de citer) aurait certainement dit de cet album qu'il est d'une inquiétante étrangeté en ce qu'il confère malgré un onirisme parfois lugubre, un sentiment indicible de familier, bizarrement réconfortant. Bref, même si il n'arrive pas tout à fait au niveau de List, Pong est un album à ne manquer sous aucun prétexte, c'est une nouvelle preuve de la créativité sans limite de Jens Massel.

Chroniqué par Mickael B.
le 21/10/2010

Partager cet article :





1 commentaire

par Faustine.Pau (le 11/11/2010)
J'apprécie énormément ce style de musique expérimentale.

C'est un vrai plaisir à écouter. Je suis une fan inconditionnelle de Amon Tobin et je retrouve ici ces atmosphères onoriques avec de bons gros sons de basses qui vous prennent le cœur. Un véritable envoutement.

C'est la première fois que je viens sur ce site et j'apprécie beaucoup les chroniques.

Le site est superbe et bien conçu et je crois que j'y reviendrai souvent. Merci à tous ceux qui participent.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters