Accueil | dMute

Hildur Guðnadóttir

: Without Sinking



sortie : 2009
label : Touch
style : Modern Classical / Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Elevation
02/ Overcast
03/ Erupting Light
04/ Circular
05/ Ascent
06/ Opaque
07/ Aether
08/ Whiten
09/ Into Warmer Air
10/ Unveiled

Au gré de ses collaborations avec Jóhann Jóhannsson, múm, BJ Nilsen ou encore Pan Sonic, la violoncelliste Hildur Guðnadóttir s’est rendue incontournable, et bien au-delà des frontières de l’Islande, son pays natal. Musique classique moderne, ambient, pop ou musique électronique, en effet rien ne lui résiste. Peu de musiciens naviguent entre les genres avec une telle aisance.

Alors que le label Touch réédite Mount A, le premier album de la musicienne, l’occasion nous est donnée de revenir sur Without Sinking, son deuxième et dernier album en date, paru en mars 2009.

De son propre aveu, la musique de Without Sinking lui a été inspirée par la procession lente et ininterrompue des nuages dans le ciel islandais. De là à dire que Without Sinking est un album contemplatif, il n’y a qu’un pas.

Avec beaucoup de sobriété, elle esquisse avec son instrument des volutes calmes et parfois menaçantes, qui font apparaître des paysages balayés par des courants d’air glacé (Elevation, introduction parfaite). Le talent de Hildur Guðnadóttir est ainsi de faire ressortir toute l’essence dramatique de son instrument avec immensément de retenue et de sensibilité.

Les moments les plus impressionnistes où le silence transparaît et nous prend aux tripes, sont les plus cruciaux de Without Sinking. Whiten en est un parfait exemple. Cependant, des passages plus épiques et électrisant en offrent un contraste saisissant. C'est le cas du puissant Overcast ou de Into Warmer Air. Là le frottement des cordes se fait plus incisif et est parfois rehaussé par la voix spectrale de Guðnadóttir elle-même, une guitare électrique, ou encore la basse et les interventions électroniques de Jóhann Jóhannsson. Le maître islandais est en effet omniprésent au cours de l’album.

Enfin on trouve des morceaux plus intimistes qui laissent un peu en suspens le côté « métaphysique » de l’ensemble. Aether, l'un d'entre eux, égraine les notes d’une cithare au son d'une clarinette tenue par le père de la violoncelliste. Ce pourrait être anecdotique, mais c'est un morceau très simple, parfaitement réussi, qui nous fait un peu redescendre sur terre le temps de quelques instants.

Pour conclure, voilà donc un album de musique classique moderne total et profond comme l’éther. Le fait que Hildur Guðnadóttir nous dispense du style « musique de film » au profit de quelque chose de plus personnel et d’original n’est d’ailleurs pas le moindre de ses mérites.


Chroniqué par Mickael B.
le 07/09/2010

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Leyfdu Ljosinu
(2012)
Touch
musique classique moderne / musique minimaliste



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters