Accueil | dMute

Pezzner

: The Tracks are Alive



sortie : 2010
label : Freerange Records
style : Deep house

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Three out of five
02/ Find me feat Larissa Kapp
03/ Chiuso per ferie
04/ The tracks are alive
05/ Philip parts 1&2
06/ Balboa Park
07/ Drones interlude
08/ Dewolfe
09/ Blacklist
10/ Tagschlaf Interlude
11/ Almost here part 3
12/ Hunt and ga

Cela faisait quelques temps que l’on attendait un effort de l’Américain en version longue, histoire d’aplanir son univers comme on le ferait avec une carte, mais aussi pour ôter cette petite interrogation quant à sa capacité à tenir sur la longueur. Suite à ses premières sorties chez Freerange et Om Records, qui avaient attiré les esgourdes du public aussi bien sur le nouveau que sur le vieux continent, ce premier album répond (forcément) partiellement à notre curiosité.

Ce qui est sûr, c’est qu’à l’instar de ses précédentes productions, Pezzner est dépositaire d’un son, une signature deep house très immersive, hypnotique parfois mais qui reste dansante, comme sur Chiuso Per Ferie, The Tracks are Alive et Blacklist. Trois morceaux piliers auxquels viennent s’ajouter les réussis Philip Parts 1&2 et Almost Here part 3, titres plus étirés et moins marqués par le kick de rigueur, qui exposent son habilité à travailler sur l’ambiance et à agencer une jolie palette de sonorités. On a ici les titres qui structurent l’album.

Le reste n’est malheureusement pas aussi convaincant. Le format album autorise bien quelques libertés dont les plus funky Three out of five et Dewolfe sont les exemples parfaits. Cependant, Pezzner a beau y mettre de sa touche personnelle, la sauce ne prend pas vraiment. L’immédiateté physique du funk ne fonctionne tout simplement pas avec la démarche plus mentale de l’Américain.
Les interludes comblent plus qu’ils n’assurent leur rôle de lien et certains morceaux comme Balboa Park font clairement grumeaux. Heureusement que le bon et le moins bon sont répartis au fil de l’album, du coup on joue plus avec les flèches de la télécommande qu’avec la touche stop.

Au final, The tracks are alive confirme Pezzner dans ses points forts mais le passage au format album ne révèle pas vraiment de bonnes surprises ou de facettes inattendues. Les maxis, c’est très bien aussi.


Chroniqué par Damien
le 17/08/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters