Accueil | dMute

Take

: Only Mountain



sortie : 2010
label : Alpha Pup Records
style : Abstract Glitch Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Before You Think
02/ Neon Beams
03/ Horizontal Figuration
04/ Crystallia
05/ Don't Look Now
06/ Quartz For Amber
07/ If We Don't All Go Insance
08/ Begin End Begin
09/ Incredibright
10/ Creosote ft. As Is
11/ Paper Garden
12/ Implosions

Il semblerait bien que nous assistons, depuis quelques années, à l'émergence d'une nouvelle génération d'abstract hip hop typiquement West Coast. Citons, entre autres, la fine équipe de The Glitch Mob (Kraddy, edIT,...), Nosaj Thing, Baths ou encore Flying Lotus – de l'autre côté du continent, Dr. Who Dat? est l'exception qui confirme la règle. Il est vrai, tous ne font pas la même musique, mais les uns comme les autres ont en commun l'envie d'en découdre avec un genre qui peine à se renouveler. Il aura fallu pour cela accepter de laisser la platine vinyle prendre la poussière. Et plutôt que de scratcher à tout-va, pourquoi ne pas s'inspirer du travail de déstructuration électronique dont les glitchers (Prefuse 73 le premier) se sont fait la spécialité ? C'est l'idée qu'a embrassée cette scène gravitant autour de Los Angeles.

Le passage d'outils analogiques au pur numérique ne s'est pourtant pas fait sans contrepartie. Comme s'ils voulaient remplacer la touche humaine perdue par l'abandon du scratch, certains ont conféré à leur son un aspect organique : sonorités visqueuses, beats approximatifs. L'humain, derrière sa machine, ne se manifeste plus par ses performances à la platine ; il rappelle sa présence grâce à l'oubli volontaire de quantization. Notons d'ailleurs que les algorithmes de randomization de beats, au départ uniquement présents sur les séquenceurs pro, sont peu à peu devenus indispensables à tout DAW qui se respecte (ReGroove Mixer sur Reason 4, Groove Pools sur Ableton Live 8), un signe du temps ?

Only Mountain, premier album de Take, apporte une pierre de plus à cet édifice naissant. Take use et abuse d'arpégiateurs, rendant certains passages de ses compos hallucinés, psychédéliques (Crystallia). L'aspect organique ne passe pas chez lui par une quantification hasardeuse des rythmiques mais plutôt par les textures choisies. Ces ambiances de jungle (Before You Think), ces cascades new age qui ressuscitent pour le coup Lifeforms de The Future Sound of London. Pour autant, notre homme n'a pas fait un bond quinze ans en arrière. Son wobble tempéré (Begin End Begin) et le sidechaining extrême dont il use parfois (Horizontal Figuration) ancrent bien l'album dans son époque. On en vient à apprécier ses montées papillonneuses extasiées, ses kaléidoscopes végétaux, ses fluides glutineux. Bref, tout ce qui contribue peu à peu à entourer Take d'une aura particulière. Only Mountain est un album réussi qui, je l'espère, détournera un instant les fidèles de Flying Lotus du piédestal sur lequel ils l'ont juché.

Chroniqué par Tehanor
le 24/06/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters