Accueil | dMute

Sylvain Chauveau

: Singular Forms (Sometimes Repeated)



sortie : 2010
label : Type Records
style : Pop songs abstraites

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ From Stone To Cloud
02/ Show The Clear And Lonely Way
03/ The Unbroken Line
04/ Complexity Of The Simple
05/ Slowburner (With Stillness)
06/ A Cloud Of Dust
07/ I Ascend

Sur Singular Forms (Sometimes Repeated), Sylvain Chauveau frôle l’exercice de style.

Il y a d’abord cette voix, la sienne, que l’on découvre un peu comme on entrerait dans un livre, à tâtons et fébrile. Il ne l’avait pas posé sur de la musique depuis Down To The Bone, son album hommage à Depeche Mode. C’était en 2005, au côté de l’Ensemble Nocturne. Maintenant il s’agit pour lui de servir ses propres compositions. C’est une autre paire de manches. Aussi il a fallu deux ans au Français pour accoucher de cet opus ; de nombreux aller-retours également, entre la capitale, Montpellier, Chicago et Bruxelles, où il réside. C’est comme si d’une certaine manière, la création de ce disque, qui se situe un peu à part dans sa discographie, avait été un défi, le lieu de conflits créatifs et intérieurs.

Au bout du compte, il y a ces sept pop songs fantomatiques, d'où émane un goût prononcé pour l’errance. Délivrées seulement au piano, elles sont donc survolées par la voix de Chauveau, une voix triste, contemplative et faussement distanciée. Un peu à la David Sylvian. L’extrême minimalisme des mélodies, qui parfois ne tiennent qu’à quelques bricolages électroniques des plus subtils, finit de leur conférer leur aspect évanescent et éphémère. Comme les mandalas tibétains, on pense parfois qu'il suffirait d’un souffle d’air pour les voir s’évanouir en silence.

Je parlais au début d’« exercice de style ». Peut-être. Sur le papier en tout cas. Mais la musique sur ce Singular Forms est tellement vibrante que je dois réfuter ma première sentence. Il s’agit bien d’un disque intimiste au sens le plus profond du terme, qui vit, fait son chemin lentement dans nos cœurs. Ce en conjuguant rigueur esthétique et lâcher prise émotionnel. Ce n’est décidément pas l’album de Sylvain Chauveau que l’on attendait. C’est peut-être mieux encore.

A noter la participation discrète de Pierre-Yves Macé et Pierre Gérard, à l'électronique...


Chroniqué par Mickael B.
le 07/04/2010

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
C'est quoi la musique ?
#11 Sylvain Chauveau
Blog
Dossier
Anthologie 2013 - La musique délirée
Kogetsudai
(2013)
Brocoli
Musique Expérimentale
Interview avec Sylvain Chauveau
(Octobre 2005)




0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters