Accueil | dMute

The Besnard Lakes

: The Besnard Lakes Are The Roaring Night



sortie : 2010
label : Jagjaguwar
style : Pop indé

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Like The Ocean, Like The Innocent Part 1
02/ Like The Ocean, Like The Innocent Part 2
03/ Chicago Train
04/ Albatross
05/ Glass Printer
06/ Land Of Living Skies Pt. 1 The Land
07/ Land Of Living Skies Pt. 2 The Land
08/ And This Is What We Cal

La musique de The Besnard Lakes est à l’image de ce mois de mars. Entre la fin de l’hiver et le début des beaux jours. Une atmosphère encore froide et obscure, parsemée d’éclaircies qui réchauffent déjà le visage et vous plonge dans un état de béatitude. C’est presque le meilleur moment de l’année, une période où la moindre éclaircie s’apprécie à chaque seconde. Et The Besnard Lakes Are The Roaring Night est la preuve que ce printemps s’annonce très prometteur.



Le groupe dirigé par le couple Jace Lasek et Olga Goreas nous propose un troisième album, qui marque la consécration de cet outsider de la scène canadienne. Le groupe s’est progressivement imposé en proposant un trait d’union entre l’univers obscur et onirique de Godspeed You! Black Emperor et Silver Mt. Zion (Chicago Train) avec qui le groupe a collaboré pour son précédent album ; le shoegaze et la légèreté des chœurs des Beach Boys.



Tout dans ce groupe rappelle Yo La Tengo. Le couple formé par deux des membres est un des aspects les plus triviaux. A l'image du trio originaire de Hoboken, nombre de titres de The Besnard Lakes mettent le couple en scène dans des échanges entre voix masculine et féminine. Un échange qui contribue à donner à leur répertoire une force dramatique et un sentiment de plénitude. Mais c’est surtout l’univers musical et son caractère intemporel que ces deux formations partagent. On a du mal à croire que The Besnard Lakes a débuté sa carrière au début des années 2000. Le groupe propose un univers singulier qui évoque différents styles musicaux. Entre pop des années 60 (Albatross), ambient (Land Of Living Skies Pt. 1 : The Land), rock indé (And This Is What We Call Progress), shoegaze (Glass printer) et psychédélique. Le groupe brasse toutes les influences, en n’omettant pas de garder un aspect onirique ( Like The Ocean, Like The Innocent Part 2, Light Up the Night) si spécifique à la scène canadienne (The Arcade Fire, Clues, Godspeed You! Black Emperor). Ce nouvel album est une véritable réussite comptant de nombreuses splendeurs tels que Albatross, Like The Ocean Like The Innocent Part 1, Glass Printer, And This Is What We Call Progress. Mais aussi The Lonely Moan qui évoque le thème de Twin Peaks chanté par Julie Cruise.



The Besnard Lakes Are The Roaring Night réconcilie un public traumatisé par les chœurs des Beach Boys et les fans de rock indépendant. Un opus construit pour le format vinyle. Chacune des faces étant introduites par une longue plage installant l’auditeur dans cet univers onirique qui fait de ce disque la bande son rêvée de ce printemps naissant.


Chroniqué par Guillaume C.
le 28/03/2010

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Besnard Lakes Are the Dark Horse
(2007)
Jagjaguwar
Pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters