Accueil | dMute

The Brian Jonestown Massacre

: Who Killed Sgt. Pepper ?



sortie : 2010
label : A Records
style : Post-punk / Shoegaze / Rock psychédélique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Tempo 116.7
02/ Tunger Hnifur
03/ Lets Go Fucking Mental
04/ White Music
05/ This Is The First Of...
06/ This Is The One Thing We...
07/ The One
08/ Someplace Else Unknown
09/ Dekta! Dekta! Dekta!
10/ Super Fucked
11/ Our Time
12/ Feel I

Anton Newcombe est passé maître dans l’art de recycler. Et ce n’est pas la dizaine albums à son actif qui va le contredire. Après avoir effleuré du bout des doigts la dreampop et le shoegaze dans son excellent album Methodrone, The Brian Jonestown Massacre avait très rapidement pris les rênes de la vague néo-hippie ou post psychédélique à la fin des années 90. Un coup de génie. Bien loin de créer un nouveau mouvement, Newcombe a choisi de se réapproprier l’âme insouciante et trash des années 60/70 en pleine période MTV. Une démarche visionnaire qui a ouvert la voie à bon nombre d’artistes au milieu des années 2000.



Après avoir usé le répertoire et les icône de cette époque (Beatles, Dylan, Rolling Stones…), Newcombe lance la version 2 de The Brian Jonestown Massacre déjà initiée par son précédent album My Bloody Underground. Une nouvelle direction qui consiste à s’approprier le répertoire de My Bloody Valentine, Jesus and Mary Chain, Spacemen 3 et bien d’autres…Who Killed St. Pepper ? suit cette tendance. Pour preuve la présence de Will Carruther à la basse (Spacemen 3). Mais cette fois, en faisant le grand écart entre les années 90 et la fin des années 70. Entre post punk, trip hop, rap (Lets Go Fucking Mental), punk, cold wave et rock alternatif, Anton Newcombe brouille les cartes. La première écoute de l’album laisse dubitatif. La musique de The Brian Jonestown Massacre est matte et sourde. Désormais leur musique se veut répétitive et sombre.



L’album débute par une longue plage introductive trip hop, un peu désuet, avec une touche électro world. S’en suit un titre rock psychédélique qui n’est que l’ombre même du groupe (Tunger Hnifur). Bref rien de très encourageant pour le moment. Et ce n’est pas les pastiches des groupes des années 80/90 qui vont arranger la chose : This Is The One Thing We... profane en toute point l’âme de Ian Curtis et du titre She lost control. Newcombe copie tout, la voix, les arrangements sur la rythmique, les mélodies. Il n’empêche que ce titre est l’un de plus réussi. Peut être d’ailleurs parce que cela tient à l’œuvre qui l’a inspirée… Toutefois, c’est le titre Someplace Else Unknown qui cloue le bec par son côté hypnotique et cette voix à la Ian Curtis vindicative et habité. Une belle réussite.



Par contre, il y a moins de succès quand The Brian Jonestown Massacre s’attaque au répertoire de New Order ou de My Bloody Valentine. Si The One, tiens la cadence avec suffisamment de personnalité, Super Fucked, Our Time (qui rappelle Sonic Youth) et Feel It ne sont que des titres insipides. Reste le cas de Dekta! Dekta! Dekta! qui tranche totalement avec le reste du répertoire : plus proche du rock alternatif russe ou d’Europe de l’Est avec des intonations qui rappellent à certains moment la voix de Dave Gahan (Depeche Mode). Puis This Is The First Of... , dont la voix suscite des sentiments opposés : entre kitsh et prouesse lyrique. La dernière plage ( Felt Tipped Pictures Of...) d’inspiration trip hop met en scène des extraits d’une interview de John Lennon (justifiant ses propos sur la renommé des Beatles face à celle de Jesus Christ). Le seul titre calme de l’album avec White Music, qui présente l’inconvénient d’avoir déjà été entendu un nombre inqualifiable de fois dans les années 90, pour toute personne habituée à l’écoute de Massive Attack, Cornershop et consorts.



The Brian Jonestown Massacre préféra sacrifier une carrière au nom de la volonté tout égotiste d’entrer dans la postérité. Cette album, le plus sombre du groupe, laisse entrevoir après une relative platitude, une certaine fougue qui peut se révéler jubilatoire par moment et franchement agaçante à d’autres. Quelques titres retiennent l’attention (Someplace Else Unknown, This Is The One Thing We... voire Lets Go Fucking Mental). Cet album irrégulier et brouillon rappelle par son répertoire celui de Methodrone tout en ne parvenant pas à la cheville de ce premier opus sorti en 95.


Chroniqué par Guillaume C.
le 07/03/2010

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Top
Nos sélections 2015
Blog
Playlists
En écoute - Juillet 2015
Musique de film imaginé
(2015)
A Records
rock psyché
Revelation
(2014)
A Records
Rock 60's / psychédélique



4 commentaires

par guillaume c (le 10/10/2010)
Désolé pour le nom de l'album écorché. A croire que cette chronique a été un véritable chemin de croix. Effectivement là dessus je devrais être lapidé à coup de parpaings. Pour le reste, j'ai écouté pas mal ce disque et le reste de la discographie de ce groupe que je suis depuis de nombreuses années... désolé ce disque n'est pas formidable et reste largement en deçà des modèles que Newcombe a essayé de copier. Merci pour cette très belle démonstration de pseudo-musicologie de comptoir. Cela m'évoque les plus belles copies du bac philo.

par d.BG (le 01/10/2010)
Je me présente un peu tard mais la lecture de cette chronique n'a pu se dissocier d'une réponse. Je passerai bien vite sur le fait que l'album a été nommé Methodrone et non Methadrone, ce qui présente ici un bel exemple de chroniqueurs peu soucieux du détail, ainsi que sur les accusations de plagiats assez déroutantes aux vues de l'histoire de la musique, surtout moderne. On reconnaît bien là les "fans" qui reprochent à Newcombe et ses potes de piller les années 60 et 70 mais qui ne réclament que ces chansons là durant les concert. Le BJM insuffle un souffle nouveau à la musique et il ne serait pas étonnant que les gosses en mal d'identité en 2030 s'étonne de l'âge du groupe tant il prend de l'avance. Il est certain qu'il est plus facile d'écouter U2, Franz Ferdinand ou Coldplay mais à quoi bon vu le niveau. Le BJM a ça de fort que même lorsqu'il passe sa musique sous un mixage lisse il n'en reste pas moins profond et vivant. La musique est une histoire de plagiat, le tout n'est pas de se demander qui inventera le meilleur courant mais qui reprendra le mieux les vieux courants en les intégrants à notre temps. Le BJM dépasse ses maîtres qui eux mêmes ont dépassé les leurs. Il y a bien entendu d'autre groupes fantastiques qui nous font croire en une musique moins fade mais la musique à besoin du BJM et le BJM n'a pas besoin d'une chronique au rabais effectuée au milieu de la première écoute de son disque.

Musicalement.

par guillaumec (le 15/03/2010)
J'ai connu plus hype dans le genre... Un excellent groupe, un mauvais disque dans lequel NewcombE essaie de retrouver son souffle en poussant à l'extrême les influences 80s de (l’excellent) Methadrone. Ce disque est une arnaque. J'aurai du être plus méchant.

par DS (le 10/03/2010)
à lire la chronique on a vraiment l'impression que ça vous passe au dessus... Déjà c'est anton newcombE, et ensuite si vous l'aviez écouté, Methodrone, vous sauriez que le BJM, avant de plonger dans le folk-rock 60's, faisait un shoegaze psyché dans une veine très Spacemen 3 justement... donc c'est un non sens de dire qu'après bob dylan & co, il se décident à piller les années 80 en gros (c'est l'impression que donne la chro), tout ça pour faire du name dropping..
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters