Accueil | dMute

Ethernet

: 144 Pulsations of Light



sortie : 2009
label : Kranky
style : Ambient Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Majestic
02/ 5 + 7 = 12
03/ Summer Insects
04/ Vaporous
05/ Seaside
06/ Kansai
07/ Temple

Si le californien Tim Gray, alias Ethernet, sort son premier album sous l'estampille Kranky, c'est plutôt du côté de l'Allemagne et de la ville de Cologne qu'il nous emmène en ballade. Plus particulièrement, vous vous en doutez, à la rencontre de Wolfgang Voigt, figure séminale de la techno allemande des années 2000.

144 Pulsations of Light apparaît hanté du début à la fin par les vagues synthétiques du maître teuton. A tel point qu'on se plaît à imaginer Gray adolescent, passer ses après-midi enfermé dans sa chambre, les stores baissés, à dériver la bouche ouverte au son des albums de Gas pendant que ses camarades de lycée arpentent les skate parks baignés du soleil de Los Angeles. Pour autant, nous n'avons pas affaire ici à un tribute album bête et méchant. Les sept titres de144 Pulsations of Light renferment une certaine complexité, voire même un certain mystère. Une valeur ajoutée, certes quelque peu insaisissable au premier abord, mais qui fait réellement toute la différence.

Gray possède d’autres atouts, et bien concrets ceux-là. Pour commencer celui de ne jamais verser dans la facilité. Facilité que, jusque là, le genre ambient-drone pulsatoire "à la Wolfgang Voigt" semblait induire de lui-même pour finir par se mordre la queue. Ainsi un titre comme Summer Insects ne carresse pas dans le sens du poil et demande même un certain temps d'adaptation et d'abandon avant de livrer tous ses secrets. D'autres plages établissent des ambiances plus familières mais viennent aérer l’ensemble avec intelligence, se refusant toujours au consensuel. C’est le cas de la mélancolique Seaside, aux claviers brumeux, de l’extatique Vaporous ou encore de Temple qui clôt l’album dans une atmosphère mystique grâce à ses orgues lumineux et ses field recordings énigmatiques.

Derrière l'uniformité apparente de ce premier essai se cache pléthore de détails qui participent à une mise en abîme intelligente de l'émotion et des sentiments. Et c'est peut-être là que réside la touche Ethernet. 144 Pulsations of Light est un premier album à vivre au long-court. Si il pêche par manque de relief, c'est pour mieux distiller en sous-terrain quelque chose plus tenace que d'évidentes ritournelles hypnotiques.

Chroniqué par Mickael B.
le 25/02/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters