Accueil | dMute

The Irrepressibles

: Mirror Mirror



sortie : 2010
label : V2
style : Baroque Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ My Friend Joe
02/ I'll Maybe Let You
03/ In Your Eyes
04/ Anvil
05/ Forget The Past
06/ Knife Song
07/ My Witness
08/ Nuclear Skies
09/ Splish! Splash! Sploo!
10/ The Tide
11/ Transition Instrumental
12/ In This Shirt

Les premiers accords de My Friend Joe à peine lâchés, une pensée me traverse l'esprit : "tiens, voilà les nouveaux Arcade Fire". Et puis l'album défile, dévoile ses trésors d'imagination, et m'amène progressivement à une évidence : The Irrepressibles ont autre chose à offrir, quelque chose d'unique et de foutrement ambitieux. Imaginez : une dizaine d'interprètes, jouant d'instruments aussi peu rockeux que le violon, le piano, la clarinette ou la flute. Sans batterie (quelques discrets balais sur Knife Song), sans guitare amplifiée. L'idée d'un groupe-orchestre à la Arcade Fire poussée plus loin encore. Et là ne s'arrête pas l'audace des Irrepressibles. Non contents d'en imposer par leur casting original, les vidéos qui commencent à fleurir d'eux sur la toile les montrent dans les accoutrements les plus freaks qui soient – le mot court qu'ils changeraient de costume à chaque concert. Une musique qui a donc été conceptualisée, pensée jusqu'à synchroniser la gestuelle des zicos. Ça manque peut-être de spontanéité, mais ça en jette plein la vue !

L'ochestration des titres n'est pas sans rappeler les travaux de DAAU : passages tempérés, ascensions, explosions, tandis que Jamie McDermot pose son trémolo. Ses montées en voix de tête lui ont déjà valu d'être comparé à Antony and the Johnsons. A l'émotion que dégage le frontman s'ajoute le jeu tout en nuances de ses musiciens, parfois même leurs choeurs (Anvil). Un talent qui ne peut trouver meilleure illustration qu'à travers la clotûre de l'album ; je défie quiconque de réprimer les frissons que peut procurer une montée comme celle d'In This Shirt. Pour ce premier album, les Irrepressibles ne se contentent pas d'un sans-faute. Ils imposent un genre, un style qui ne trouve nul équivalent. Autant dire que cet orchestre de chambre risque de buzzer méchamment dans les mois à venir. On verra bien ce que l'avenir leur réserve.

Chroniqué par Tehanor
le 20/02/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters