Accueil | dMute

Symbiosis Orchestra

: Live Journeys



sortie : 2009
label : Baskaru
style : Ambient / Electronica / Musique improvisée

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Live At PEAM2005, Ecoteca, Pescara
02/ See How It Goes
03/ Cinematic Naples
04/ Live At GAM, Gallarate 1
05/ Live At GAM, Gallarate 2
06/ Live At FABBRICAEUROPA, Florence 1
07/ Live At FABBRICAEUROPA, Florence 2
08/ Jam At Joy's House, Pescara

A essayer de cerner la musique du Symbiosis Orchestra, ou de lui coller telle ou telle étiquette, on se rendra vite à l’évidence qu’elle est insaisissable, comme de l’eau qui nous glisserait entre les doigts. Pour cause nous avons à faire à un projet un peu fou. Son instigateur, un certain Andrea Gabriele, est un artiste multimédia italien. Plus que cela : un rêveur touche à tout. Depuis 2005, il invite sur scène à ses côtés des artistes d’horizons divers et variés, qui, chacun à leur manière, viennent ajouter leur pierre à l’édifice du Symbiosis Orchestra. Un projet aux multiples visages donc qui fait se conjuguer lors de performances live magnétiques, imageries ultra-modernes et sonorités avant-gardistes.

Ce Live Journeys est là pour rendre grâce à l’œuvre de Gabriele et ses complices. Parfait : il était bien temps que cet orchestre protéiforme fasse parler de lui. Certains auraient peut-être espéré trouver un premier essai studio ; Le label français Baskaru en a décidé autrement, nous gratifiant d’un recueil de performances live aux allures de "disque somme" et au contenu joyeusement bordélique, du moins, en apparence...

On trouve dans le torrent sonore qui nous emporte plusieurs courants. Loin de s’entrechoquer, ils se fondent les uns aux autres comme dans un tourbillon. Il y a d’abord ces climats ambient sous anxiolytiques, amples et artificiels, qui se jouent de l’espace et créent des toiles de fond où s’ouvre tout l’horizon des possibles. Là-dessus se greffent improvisations et phrasés presque jazzy. Ceux des guitares et autres, vibraphone, flûte, percussions ou saxophone, qui se frottent à tout l’attirail électronique. Celui des synthétiseurs, samples, boîtes à rythmes et glitchs.

Minimalisme, abstraction et symbiose sont certainement les maîtres mots de cet orchestre atypique. Son line-up, toujours fantastiquement aléatoire, mélange avec une évidence rare instrumentations organiques, rêveries de sound-designers et touches électroniques inquiétantes. A côté du noyau dur italien, centré autour du chef Gabriele, rendons grâce aux vocalises magnétiques et bidouillées de la britannique Irris Garelfs, aux captations dystopiques, aux bruitages électro vénéneux de son compatriote Robin Rombaud, armé comme il se doit de son terrible scanner et, enfin, aux cuivres de Geoff Warren, autre Britannique, élevé à l’école new-Age et ethno-jazz!

A noter, l’apport essentiel de la photographe Marita Cosma et du vidéaste Claudio Sinatti, qui, entre autres, se chargent de toute la dimension visuelle du Symbiosis Orchestra, notamment pour le live.

Chroniqué par Mickael B.
le 30/01/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters