Accueil | dMute

Atlas Sound

: Logos



sortie : 2009
label : Kranky
style : Pop / folk / ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Light That Failed
02/ An Orchid
03/ Walkabout
04/ Criminals
05/ Attic Lights
06/ Shelia
07/ Quick Canal
08/ My Halo
09/ Kid Klimax
10/ Washington School
11/ Logos

Bradford Cox ne cesse de faire preuve de productivité. En l’espace d’une année, le chanteur et guitariste a sorti avec Deerhunter deux albums (Weird Era Cont et Microcastle) ainsi qu’un ep (Rainwater Cassette Exchange). Alors quoi de plus logique que de clore ce cycle vertueux en publiant le nouvel album de son projet solo Atlas Sound ? Digne héritier de Let The Blind Lead Those Who Can See But Cannot Feel, sorti en février 2008, Logos prouve que le grand blond aux lunettes noires fait parti de la caste des petits génies qui peuplent cette décennie.

Certes le dernier ep de Deerhunter traduisait quelques faiblesses dans le parcours sans faute du groupe d’Atlanta. Logiquement ou non, on ne pouvait que se poser des questions sur cette nouvelle livraison du chanteur en solo. Que nenni, aucun doute sur son avenir, Atlas Sound vient de proposer un disque lumineux et torturé à l’image de cette pochette montrant le corps meurtri de Cox nimbé de lumière. Une image d’autant plus forte qu’elle illustre en tous points son art de concevoir la musique. Un discours torturé, Cox exposant ses doutes et ses angoisses, celle d’un homme touché dans sa chair ; le tout enveloppé dans un style lumineux voire léger, à mi-chemin entre pop, folk et ambient. Le titre Sheila et son refrain “No one wants to die alone” en est la preuve déjà soulignée par bon nombre de chroniqueurs. Plus apaisé et maîtrisé que son prédécesseur, Logos offre une parfaite symbiose entre ambiances minimalistes, sonorités vaporeuses et aqueuses ; et un vrai talent dans l’art d’écrire les mélodies (Walkabout avec la présence de Panda Bear d’Animal Collective est une illustration des plus réjouissantes). Maîtrisant cet art si particulier de concevoir des univers sonores baignés dans l’éther, Bradford Cox s’associe à la chanteuse Laetitia Sadier pour nous offrir huit minutes d’un Quick Canal qui, s’il brille par son côté prenant, lorgne d’avantage du côté de l’univers de Stereolab que de celui du leader de Deerhunter. Qu’importe, ce titre est un petit bijou qui ressuscite les fantômes d’un Massive Attack période Blue Lines ou Protection.

Logos prolonge effectivement le travail d’introspection inauguré par le premier album d’Atlas Sound. Mais une chose est sûre, depuis la sortie de son premier album solo : le jeune Bradford Cox vient de passer un cap significatif dans sa carrière. Ce dernier n’a pas son pareil pour imaginer des atmosphères qui semblent vous couper du reste du monde. Un disque à classer parmi les meilleurs livraisons de cette fin d'année.


Chroniqué par Guillaume C.
le 21/12/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(06/06/2012)
@ Trabendo



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters