Accueil | dMute

Ben Frost

: By The Throat



sortie : 2009
label : Bedroom Community
style : Drone / Modern Classical

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Killshot
02/ The Carpathians
03/ O God Protect Me (feat. Amiina, Valgeir Sigurðsson)
04/ Híbakúsja (feat. Nico Muhly, Paul Corley, Helgi Hrafn Jónsson, Russell Fawcus)
05/ Untitled Transient
06/ Peter Venkman Pt. I
07/ Peter Venkman Pt. II (f

Trois ans après l'excellentissime Theory Of Machines, Ben Frost livre By The Throat. Toujours aussi bien entouré puisqu'on peut noter, entre autres, la participation de Nico Mulhy (pianiste, compositeur et chef d'orchestre ayant déjà travaillé avec Philip Glass ou Björk), du quartet de cordes Amiina (qui accompagne depuis de nombreuses années Sigur Rós sur scène ou en studio), de Jeremy Gara (batteur de The Arcade Fire), ainsi que la collaboration plus intime de Lawrence English (qui l'épaule déjà depuis deux albums) et du contrebassiste Borgar Magnason. Ajoutons à cela le fait que Ben Frost se soit régulièrement servi de la musique du groupe de grindcore suédois Crowpath, et cette surprenante alliance – le classique d'un côté, le métal de l'autre – devrait commencer, du moins je l'espère, à aiguiser votre curiosité.

C'est en effet une oeuvre atypique que propose Ben Frost. Elle confine le son aux opposés extrêmes, des cordes soyeuses aux âpres distorsions. Une alchimie de matériaux lourds et aériens qui confère presque à ce son une dimension supérieure au commun de la musique. Comme si, d'une rencontre imaginaire entre Sunn O))) et Clint Mansell, gravissions-nous un échelon supplémentaire. Ben Frost dompte la brutalité (qu'on pourrait symboliser ici par la musique de Crowpath) pour en faire quelque chose de beau, de grand, et de somptueux. On retrouve sur The Carpathians quelques grognements, à l'instar de ceux qui avaient déjà pu nous faire frémir sur Big Furry Head – mais Ben Frost choisit le loup comme animal totem, contre le lion d'Amon Tobin. Et quoiqu'on pense de l'artifice, l'impression de risquer une main en l'approchant des enceintes fait toujours son petit effet.

Je conseillerais cet album à tous ceux qui, comme moi, ont toujours été intrigués par Sunn O))) sans pour autant entrer dans leur musique. La faute aux incantations du légume encapuchonné, peut-être. Car c'est en toute modestie que Ben Frost arrache la membrane des enceintes, écorche les émotions à vif, et pond assurément un des meilleurs albums de l'année.

Chroniqué par Tehanor
le 08/12/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
a u r o r a
(2014)
Mute
Drone



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters