Accueil | dMute

Billy Mahonie

: BM



sortie : 2009
label : Static Caravan
style : Post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ New Cheap Funk
02/ A Part Of Me Flows To The Sea
03/ Bottle Breaks
04/ Krimson
05/ After The Dive
06/ Power Of Veto
07/ Page
08/ Dublin Fight Song








Après cinq années d’absence, et trois excellents albums parus en 1999 (The Big Dig), en 2001 (What Becomes Before) et 2004 (Dust), le groupe britannique Billy Mahonie nous propose un nouvel opus qui répond au nom de BM. Un retour aux sources pour ce quatuor, passé par un changement de line-up pour la réalisation de Dust avant de revenir à sa composition d’origine. Toutefois après avoir passé ce disque au scaner et malgré tout le bien que l'on pense de ce groupe depuis sa création, on reste un peu dubitatif à l'écoute de cet album qui n'atteindra pas les sommets des précédentes productions.

Billy Mahonie a, au fil de ses productions, incarné une autre vision du post-rock, à une époque où le genre était dominé par les mastodontes Godspeed You ! Black Emperor ou Mogwai. Un groupe qui a reflété une vision personnelle en mettant en avant l’interaction entre ses musiciens et non une vision figée et lourde du rock instrumental. L’écoute des premiers excellents albums du groupe en est une preuve flagrante tant on est frappé par l’énergie qui s’en dégage. Les musiciens ne donnent pas l’impression de suivre une partition. Ils semblent l’écrire au fur et à mesure que leurs compostions déroulent leurs accords.

The Big Dig et son digne successeur What Becomes Before offraient une alternance entre moments de tension et déluges soniques parfaitement maîtrisés. Avec Billy Mahonie, la facture est classique : deux guitares, une basse et une batterie qui s’entrelacent et offrent une musique compacte dans sa forme et s’avèrant être franchement prenante. Le groupe offre d’avantage une esthétique froide qui met parfaitement en valeur les débordements des deux guitaristes. Ici, pas de fioritures, le son est direct du début jusqu’à la fin. Les guitares sont à l’honneur avec un son brut sans effet. Billy Mahonie se place dans un registre résolument rock et moins dans celui d’une musique contemplative ponctuée de longues envolées. Ce qui ne les empêchait pas d’explorer le folk, le blues ou le dub. Avec un tel pedigree, le quatuor s’est imposé dans le milieu spécialisé alors même que ce dernier n’officiait à ses débuts qu’en tant que groupe amateur. Comme dans une coupe de France, le Petit Poucet de CFA avait créé la surprise en taquinant les géants du moment. Certes, sans remettre en question la suprématie de ces derniers mais suffisamment pour montrer que le post-rock pouvait à l’époque avoir une autre figure. A l’instar de Do Make Say Think qui dans un registre entre ambient et dub pouvait proposer une alternative et éviter le cul-de-sac dans lequel le genre à fini par se retrouver.

C’est avec une certaine impatience que l’on attendait ce nouvel album. BM marque un retour vers les fondamentaux comme dirait l’autre. Fini la trompette ou l’harmonica qui venait rajouter de nouvelles ambiances aux compositions du groupe. BM est un album de guitares. Un album plus posé. Les compostions sont moins tendues. Le son encore plus épuré. Les compositions sont moins développées au profit d’une ambiance plus contemplative et cinématique. Billy Mahonie propose un album en forme de bande sonore d’un road movie imaginaire marqué par quelques morceaux de bravoure (New Cheap Funk ou Page).

Malgré le charme et la nostalgie que l'on a des précédentes productions, dire que l’on trouve son compte serait largement exagéré. En effet, si l’album débute avec un titre prometteur, on reste un peu sur notre faim. Ce n’est pas que la décision de proposer une musique plus épurée voire en retrait soit à reprocher, mais c’est tout simplement l’absence de réelle substance dans le propos. BM est un album honnête mais qui finalement rappelle les travers actuels qui marquent bon nombre de groupes de post-rock. C’est bien fait, il y a de la structure, le son est bon mais on cherche le propos. Et le nombre d’écoutes répétées ne vient pas inverser la tendance, elle ne fait que confirmer l’impression de fadeur que laisse entrevoir la première écoute. Certes quand on a proposé de si bons albums, il est difficile de continuer sur une si bonne lancée. On préfère se repasser en boucle les précédentes productions et conseiller aux néophytes de faire un crochet par The Big Dig, What Becomes Before ou Dust pour véritablement apprécier les qualités de ce groupe.

Chroniqué par Guillaume C.
le 30/11/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Dust
(2004)
Tritone records
Post Rock / Folktronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters