Accueil | dMute

Bibio

: The Apple and the Tooth



sortie : 2009
label : Warp
style : Folktronica / IDM

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Apple and the Tooth
02/ Rotten Rudd
03/ Bones and Skulls
04/ Steal the Lamp
05/ S'Vive (Clark remix)
06/ Sugarette (Wax Stag remix)
07/ Dwrcan (Eskmo remix)
08/ Lover's Carvings (Letherette remix)
09/ Haikuesque (The Gentleman Losers rem

Etre ou ne pas être : telle est la question que l’on se pose avec ce nouvel album joliment estampillé Bibio. Ou bien : pourquoi le label Warp s’est-il évertué à sortir un second album seulement 4 mois après le précédent ? Ou encore, où est la valeur ajoutée ?
Une sélection maigrichonne de 4 titres originaux épaissie avec une levure de 8 remixes, ça nous donne tout au plus un disque 2 pour une sortie spéciale en digipak, ou un disque de Faces B. Pas de quoi suciter une tentation d‘achat compulsif mais The Apple and the Tooth présente tout de même quelques marques d’intérêt.

Si les quatre premiers morceaux, composés par Stephen Wilkinson himself, ont ostensiblement été façonnés pendant la session qui a accouché d’Ambivalence Avenue, l’Anglais a fait preuve de French flair en ne les retenant pas. Leur folktronica pourtant légère et insouciante aurait trop été dans la répétition de ce que l’album proposait et aurait alourdi son propos. C’est à Steal the Lamp que revient la queue du Mickey de ce manège à quatre pour son IDM plus farfelue et aventureuse.

Les remixes ne sont pas tous de valeur égale. Cependant, ils ont le mérite d’aller chercher des ambiances différentes qui étirent l’univers de Bibio. Clark, Letherette et Gentleman Losers tirent leur épingle du jeu. Le premier en complexifiant à merveille le matériel initial, le second en empruntant une voie hip hop plus deep et le troisième nous glisse sous les couvertures d’un Haikuesque beau comme la tristesse d’un dimanche soir d’hiver.
Par contre, on regrette que les autres morceaux ne joignent pas le geste à la parole, le tout manquant généralement d’une entreprise franche et innovante malgré de bonnes idées.

Ambivalence Avenue avait pris le raccourci entre succès d’estime et succès commercial et ça, Warp en a bien pris note. Attention tout de même à ne pas tuer le succès dans l’oeuf en exploitant trop ce jeune poulain. Les majors se le permettent mais ce n’est pas recommandé.

Chroniqué par Damien
le 26/11/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Ambivalence Avenue
(2009)
Warp
Folktronica/ électronica
Vignetting the compost
(2009)
Mush
Folktronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters