Accueil | dMute

Boys Noize

: Power



sortie : 2009
label : Boysnoize records
style : Electro-techno

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Gax
2/ Kontact Me
3/ Starter
4/ Jeffer
5/ Transmission
6/ Nerve
7/ Trooper
8/ Sweet Light
9/ Drummer
10/ Rozz Box
11/ Nott
12/ Heart Attack

"I got the power" aurait pu s'exclamer l'Allemand Boys Noize après son très remarqué opus Oï Oï Oï qui avait su apporter de la fraîcheur au monde de la musique électronique. Mais il a décidé de ne pas s'en tenir là et de remettre son titre en jeu avec son dernier album Power, plus expérimental mais portant toujours l'empreinte bien identifiable du Berlinois.

S'essayant à l'arpège envoutant typique des années 80 sur le premier titre (Gax), plutôt osé venant de sa part, on se demande où l'album va nous emmener connaissant le numéro.
Loin du soin si noisy qui était sa marque de fabrique, on sent que l'Allemand souhaite nous faire visiter d'autres territoires et montrer une autre facette de sa personnalité musicale.
Mais dès le second titre il nous rassure : "come with me" nous invite-t-il à écouter son album... "Do you remember" comme pour nous dire "ah c'était du bon son ce que je vous avais envoyé l'an passé ? Et bien j'en remets une petite couche ..." et c'est plutôt efficace. On se rappelle alors avec nostalgie toute la fraîcheur de ses précédents titres, l'effet de surprise en moins.
Bah oui, on commence à connaître la recette Boys Noize et sa patte sonore : comme on l'aime, faisant monter la sauce et envoyant du lourd juste quand il faut.
Délivrant un son moins agressif, que même papy mamy toléreraient après un ou deux coups dans le nez, Boys Noize s'assagit et prend du recul sur son travail. On finit presque par s'ennuyer un peu. Certains titres, un peu " mous du genou", manquent au final de pep's. La recherche sonore est quand même toujours présente, notamment sur la transe endiablée de Transmission, et sur le très expérimental Trooper où l'Allemand semble s'être pris pour Steve Reich, entre une bande originale d'un Tarantino futuriste et de la musique savante.

Flottant entre deux eaux, celles de l'ancien Boys Noize, trashy et qui ne prenait pas de pincettes pour nous balancer du heavy electro, et celles du nouveau Boys Noize, celui qui trempe timidement un doigt de pied dans une musique pseudo-concrète, chacun trouve finalement son compte sur cet album, du nostalgique de Lava Lava à l'inconditionnel de l'électro-intello minimaliste.



Chroniqué par ChristopheD
le 14/11/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Oï Oï Oï
(2007)
Boys Noize Records
Techno Robotique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters