Accueil | dMute

The American Dollar

: Ambient One



sortie : 2009
label : Yesh
style : Ambient

Tracklist :
01/ Starscapes
02/ Starscapes
03/ Starscapes
04/ Starscapes
05/ Bump
06/ Lights Dim
07/ D.E.A.
08/ D.E.A.
09/ We’re Hitting Everything
10/ Rudiments of A Spiritual Life
11/ Rudiments of A Spiritual Life
12/ Signaling Through The Flames
13/ Si

L’entrée dans l’hiver est de bon augure pour tous ceux qui apprécient un peu plus la musique par un temps de chiotte. Trois jours de flotte de prévu. Parfait pour découvrir le dernier The American Dollar, aka John Emanuele et Richard Cupolo.

Un nouvel album mais pas de nouveaux morceaux. Ambient One est en fait un concentré des deux précédents opus du groupe, The Technicolour Sleep et Memory Stream, qu’ils revisitent eux-mêmes à la sauce ambient. Car Ambient One, et c’est un scoop, est un disque d’ambient. Qui plus est, le premier du groupe.

Plus habitué à évoluer dans un registre post-rock, The American Dollar fait ici dans la douceur, usant du piano comme une arme de séduction massive. Les influences de leurs origines se font très discrètes, avec seulement quelques rapides et timides apparitions de guitare.

Le piano est délicat, sobre, comme pour endormir un enfant un peu trop agité. On est pourtant loin de la soupe Vangelis & related je vous rassure. Les envolées nacrées se mêlent aux sons cristallins des claviers analogiques pour un rendu féérique, minimal. Un album éveillant la sensibilité de tout individu qui en possède. Notamment sur Signaling through the flames, déjà excellent sur The Technicolour Sleep, qui s’affiche comme l’un des meilleurs morceaux, en mêlant les orgues progressifs à d’habiles essences de piano.

On retrouve un peu de l’ambiance nuageuse de Sigur Rós sur les douces notes de Bump, Rudiments of a spiritual life, ou DEA. Ce dernier est d’ailleurs particulièrement réussi, notamment par la superposition de plusieurs pianos et cordes frottées. Emouvant. On sent aussi les effluves de Port-Royal comme sur Anything you symphesize.

Ambient One est un album délicieux à écouter sans modération. Un exercice original parfaitement réussi par les Américains. On en ressort apaisé, nostalgique avec une envie grandissante de voyager dans des territoires déserts balayés par le froid. Je regretterai en revanche que les morceaux soient coupés, ce que j’avoue ne pas avoir compris.



Chroniqué par Camille
le 13/11/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters