Accueil | dMute

Solo Andata

: Solo Andata



sortie : 2009
label : 12k
style : Ambient / Field Recording

Tracklist :
01/ Ablation
02/ Hydraulic Fluctuations
03/ Canal Rocks
04/ Beyond The Window
05/ In The Light Storming
06/ Look For Me Here
07/ Loom
08/ Woods Flesh Bone

La rumeur d’un train dans la nuit. La pluie qui tombe inlassablement. C’est dans une atmosphère de film noir que s’ouvre le nouvel album de Solo Andata. D’entrée de jeu, la mise en ambiance est absolument exemplaire : des voix mort-vivantes de soprano s’élèvent, volubiles, pour nous glacer le sang, tandis qu’un violoncelle et les notes sentencieuses d’un piano orchestrent froidement notre lente dérive dans l’obscurité.

On comprend vite que le duo australien nous propose avec ce nouvel essai bien plus que la suite logique de leur premier album Fyris Swan. A savoir sa parfaite transfiguration. Dans le genre, Ablation pourrait facilement être élevé au rang de manifeste esthétique.

Hydraulic Fluctuations évoque les remous d’un torrent. C’est une pièce sombre et extrêmement tactile où les sempiternels drones se réverbèrent à l’infini entre les cloisons de notre conscience. Sur Canal Rocks, les voilà qui s’effacent lentement, avant de laisser les courants aquatiques nous envelopper de nouveau. Beyond The Window se place dans la continuité des morceaux précédents, tout en ouvrant de nouvelles perspectives. Des nappes de guitare lumineuses mais presque délétères nous bercent de leurs motifs obsédants. Elles résonnent, insaisissables, comme dans une cathédrale vide. Au-delà du perceptible, toujours : le bruit d’un torrent qui continue de hanter notre écoute.

Les climats vaporeux d’In the Light Storming et Look For Me Here mènent toujours plus vers l’harmonie et le repos. Délices qui s’évanouissent soudainement, quand Loom et ses drones nous accueillent en rugissant. Mais cette introduction est assez trompeuse. Il ne faut pas longtemps pour que les arpèges d’une guitare sèche laissent percer les tristes circonvolutions d’un violoncelle solitaire. Un morceau plein de mélancolie qui annonce, l’air de rien, le titre final : Woods Flesh Bone. L’occasion pour nos deux australiens de frapper un dernier grand coup. D'achever la boucle ouverte avec Ablation. Là-dessus, je n’en dirai pas plus et préfère garder le mystère !

Vous l’aurez sans doute compris : ce nouvel album de Solo Andata est mon coup de cœur du moment...

Chroniqué par Mickael B.
le 26/10/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Top
Bilan 2016
Blog
Florilège musicopathe
#10: Au hasard Balthazar



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters