Accueil | dMute

Martyn

: Great Lengths



sortie : 2009
label : 3024
style : Dubstep / Deep Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Only Choice
02/ Krdl-t-Grv
03/ RightStar!
04/ Seventy Four
05/ Little Things
06/ Vancouver
07/ These Words ft. dBridge
08/ Bridge
09/ Elden St
10/ Far Away
11/ Hear Me
12/ Is This Insanity ft The Spaceape
13/ Brilliant Orange
14/ Natu

Difficile à l’écoute de ce disque de deviner que le jeune producteur hollandais Martijn Deykers alias Martyn nous livre ici son premier album. Avec Great Lengths édité sur son propre label 3024, le Batave relève haut la main un double défi : celui de lancer le tout premier LP de son label et de marquer les tablettes du dubstep avec un disque audacieux.

La discographie de ce rejeton de la bass music est loin d’être pléthorique cependant elle a ça d’intéressant, c'est qu'elle reflète l’alternative musicale prise par d’anciens DJs et producteurs de drum’n bass qui se sont tournés vers le dubstep - à l’image d’un Breakage - lorsque celui-ci sortait tout juste des pochettes de dubplates. Ivresse adolescente d’une esthétique en pleine définition, terrain poreux et fertile favorable à tout type d’expérimentation, etc. En tout cas, après quelques maxis sur l’exigeant label Revolve:r du mancunien Marcus Intalex, Martyn a décidé de baisser le pitch de ses productions. Moins de bpm, plus d’espace de création.

L’amour de la basse reste le même, lui. Massive sans pour autant chercher à faire de notre tête une grosse chambre d’écho, elle accompagne plus qu’elle domine. Si elle prend les devants comme sur Little Things, Vancouver ou These Words, c’est plus pour faire ressortir sa puissance évocatrice. Pas d’ambiance lugubre rappelant les bas fonds du South London, Martyn cherche au contraire à prendre des risques et à apporter de la lumière dans son dubstep. Il suffit d’écouter l’intense montée finale de Krdl-t-Grv ou bien l’envolée deep techno à mi-course de la piste sur Seventy Four pour s’en rendre compte. Pas assez ? Le dub stepper bien gras du bide de Little Things aux gimmicks de minimal house ou le trip hop de These Words (petit bijou) finiront de convaincre.
En marge de ces courants d’air esthétiques, le Hollandais nous place aussi des compositions purement dubstep bien huilées comme Elden St ou Far Away. Headbanging assuré.

Même si la fin de l’album se laisse un peu porter et développe un propos moins percutant, on sort de l’écoute de Great Lengths comme on reviendrait d’une ballade en haute montagne : oxygéné. On sent que Martyn peut emmener le dubstep plus loin, un peu comme à une autre époque 3D de Massive Attack avait pris les reines du trip hop. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.


Chroniqué par Damien
le 16/10/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters