Accueil | dMute

Jak Progresso

: Pestilence



sortie : 2009
label : Johnny23
style : Hip-Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intro (A Festival)
02/ Bad Eden
03/ Helium Hive
04/ Run On Johnny
05/ Drain Fly
06/ Stimulus Black
07/ Birth Of Razorback
08/ Memoirs
09/ Yip Wreck
10/ Human Monster
11/ Electric Mountain
12/ Good Mourning
13/ In Grey
14/ The Magic Nobody

Pestilence est le dernier album du dérangé Jak Progresso, un CD-R qu’écouteront quelques dizaines de pèlerins égarés ou amateurs d’horrorcore de longue date. Une pochette prenant les trois-quarts du budget (regardez moi ce lettrage sentant bon le black metal ukrainien), une distribution uniquement assurée par Johnny23 (le label de Progresso et LoDeck) et donc trouvable via leur site seulement, Pestilence n’est sûrement pas l’album par lequel les néophytes vont découvrir le bonhomme.

Car ne bénéficiant pas d’une distribution égale à celle de l’excellent Random Violence, ceci s’ajoutant à l’omerta dont il est victime sur la toile, beaucoup risquent de passer à côté de l’un des meilleurs albums hip-hop de l'année (heureusement, dMute est là). Voire tout simplement de l’album le plus abouti du rappeur, après une bonne dizaine d’essais obscurs que seuls quelques acharnés ont pu trouver du premier au dernier. Une discographie inchiffrable, quand on sait qu’il y a quelques temps le bonhomme enregistrait deux à trois albums par semaines, mixtapes artisanales à la qualité d’enregistrement douteuse qu’il délivrait au hasard d’une boite aux lettres à portée de bras.

Et pourtant, ce Pestilence a beau être un CD-R, il sonne propre, bénéficiant surement de meilleures conditions d’enregistrements, plus qu’à l’accoutumée sur les disques de Progresso, tout en conservant ce son glauque comme la mort.

Comment définir l’univers de Jak Progresso ? Une sorte de Hunter S.Thompson sous acide dans un monde à la Romero : je vous laisse deviner la gueule des trips. Seize titres éprouvants, alternants sons totalement triturés et d’autres plus mélodieux. Jak Progresso n’est certes pas un garçon à qui on confierait ses gosses, mais c’est un rappeur jouant dans une catégorie à part, indéfinissable, une voie qu’avait entrouverte également Warcloud à sa grande époque…

Chroniqué par Lebowski
le 01/09/2009

Partager cet article :





1 commentaire

par necrophie (le 05/09/2010)
Du lourd du tres lourd !
glauqe, tres sale avec des phase expérimental tout aussi class qu'un black lung !
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters