Accueil | dMute

The Mount Fuji Doomjazz Corporation

: Succubus



sortie : 2009
label : Ad Noiseam
style : Jazz / Doom / Drone

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Sexy Midnight Torture Show
02/ Erotic Love Queen
03/ Strange Dreams
04/ Castles By The Sea
05/ The Admirals Game
06/ The Morning After
07/ Perverted Pleasure Party
08/ A Bad Trip
09/ A Place For Fantasies
10/ Murder Amongst Mannequins
11

Jason Köhnen, plus connu sous le nom de Bong-Ra, créait la surprise en sortant, en 2006, The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble. Plutôt habitués à l'entendre déverser dans nos oreilles son "raggacore" tonitruant, on le retrouvait à bidouiller au milieu d'une bande d'instrumentistes. L'expérience fut réitérée un an plus tard, mais cette fois sous le nom de The Mount Fuji Doomjazz Corporation. La différence entre le Kilimanjaro et le Mont Fuji ? Le nombre d'intervenants. La formation accueillait une chanteuse : Charlotte Cegarra, un guitariste et, pour la dernière mouture, une violoniste. The Mount Fuji Doomjazz Corporation avait aussi pour vocation d'être un projet live, là où The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble restait avant tout un travail de studio.

Le premier album fut baptisé Doomjazz Future Corpses!. La formation y posait les bases d'une musique obscure, bien plus sombre que celle du Kilimanjaro Darkjazz Ensemble ; une musique à la frontière du jazz et du drone. Succubus est leur deuxième essai. Enregistré à Rotterdam en début d'année, il prit la forme d'une illustration musicale des images du film portant le même nom, de Jesús Franco, sorti en 1969. Pour vous situer le personnage, Jesús Franco est un cinéaste qui s'est fait connaître pour la fascination qu'il entretient, à travers ses films, envers le fétichisme et le sadomasochisme. Son œuvre est un mélange de porno et d'horreur dont le budget a souvent été à la mesure de la technique : proche du néant.

En s'offrant pour décor le psychédélisme érotique de Franco, The Mount Fuji Doomjazz Corporation oriente l'esprit de l'auditeur vers une interprétation toute autre que celle qu'aurait pu laisser leur signature. Oublions la neige, les peaux de bêtes, et les partouzes en mohair. Les rythmiques lancinantes sont celles qui cadencent une séance de torture. Les rondeurs de basse et le trombone charmeur apportent la touche sexuelle. Tandis que Charlotte Cegarra, dont la voix se perd au loin, devient la complainte lascive d'une masochiste imaginaire.

Dans Succubus, l'héroïne finit par ne plus savoir distinguer le rêve de la réalité. Les effets que The Mount Fuji Doomjazz Corporation appliquent à leur musique laisse planer ce même parfum d'onirisme. Les instruments disparaissent parfois dans une ambiance qui n'a plus rien de tangible. Leur jazz n'en garde au final qu'une vague texture, mais n'a rien à voir avec la définition que l'on s'en fait d'habitude. Ce qui compte ici, c'est l'atmosphère, pas le jeu des musiciens.

Avec ce deuxième album, The Mount Fuji Doomjazz Corporation s'impose comme l'un des projets les plus intéressants du moment. Le point de jonction totalement improbable entre deux scènes qui n'ont rien en commun. Et plus si affinités.

Chroniqué par Tehanor
le 21/08/2009

Partager cet article :





1 commentaire
http://www.flickr.com/photos/72576921@N00/
par Phil Aufze (le 19/09/2009)
J'ai trouvé ce disque particulièrement ennuyeux, il n'y a aucune originalité, rien ne permet de tenir l'attention. Les musiciens se sont peut-être fait plaisir mais c'est bien les seuls dans l'histoire. On se croirait revenu dans les disques verbeux des années 70 !
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters