Accueil | dMute

Misound

: Stanze Di Te



sortie : 2009
label : Slow Flow Rec
style : Ambient / Musique Classique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Sonno
02/ Stanze Di Te
03/ So Easy
04/ Giorni Vuoti
05/ Se Non Lo Sai
06/ The Gates
07/ Creta
08/ Quando e'sera
09/ Sotto La Pioggia

Misound est le projet de Marco Iavarone, artiste romain pluridisciplinaire œuvrant en tant que compositeur, sound designer et ingénieur du son depuis plus de dix ans.
Après de nombreuses collaborations dans des milieux aussi variés que la vidéo, les musiques de films et/ou expérimentales, l'Italien met ses compétences de musicien (guitare acoustique et batterie) et de producteur au service d'un premier album Stanze Di Te signé chez le tout jeune et prometteur label japonais Slow Flow Rec (un nouveau Celer est en gestation chez eux). Neuf titres ambient pour autant de poèmes mélancoliques en mouvement.

Flottant sur des atmosphères issues de sources diverses et variées - fields recordings, voix spectrales et hypnotiques, piano, violons et percussions - ces orchestrations complexes et organiques embrassent des textures électroniques au grain léger et monochrome (le bien nommé The Gates).
D'inspiration classique, chaque titre regorge d'images toutes aussi traditionnelles sautant spontanément aux yeux (le traitement et l'enregistrement en prise directe y est certainement pour beaucoup). Paysages balayés par les éléments hostiles, promenade spleenétique et déchirures amoureuses sont les photos sépias que l'on glane à l'écoute de cet album plutôt facile à qualifier : tout simplement beau.
Et c'est, à l'heure de ce billet, tout ce dont on avait besoin : un disque à la ligne claire, sans rugosité ni docilité, qui tout en allant à l'essentiel, touche et ne perd en rien de sa puissance de transport (l'enchaînement Giorni Vuoti/Se Non Lo Sai, dix minutes de ravissement introspectif).

Dressant alors les contours d'un monde au romantisme noir assumé (l'introductif Sonno donne le ton), Misound, en se livrant ainsi, poussera, c'est certain, les plus renfrognés vers d'insondables moments de rêveries. De celles immanquablement résurgentes, dont on caresse les stigmates, immobile les yeux embués, rivés au plafond...seul(e) dans la chambre d'un(e) autre.

Chroniqué par Yvan
le 20/08/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters