Accueil | dMute

Busdriver

: Roadkillovercoat



sortie : 2007
label : Epitaph Records
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Casting Agents and Cowgirls
02/ Less Yes's, More No's
03/ Kill Your Employer (Recreational Paranoia Is the Sport of Now)
04/ Ethereal Driftwood
05/ Secret Skin
06/ Sun Shower
07/ Go Slow
08/ Troglodyte Wins
09/ Pompous Posies! Your Party

A l’heure où la plupart des amateurs du californien sont en pleine écoute de sa nouvelle missive, Jhelli Beam, il est temps, quelques mois plus tard, de rappeler si besoin est, combien son précédent disque, Roadkillovercoat, est la véritable réussite en solo du Busdriver. Et donc pour résumer, déterrage de chronique :

Entre son disque propulseur Temporary Forever, Fear of a Black Tangent, ou encore Cosmic Cleavage, il y avait de quoi se faire une sacré compilation perso, se les faire d’une traite relevant de l’exploit. (le bijoux The Weather, en collaboration avec Radioinactive et Daedelus, étant mis de côté pour cette fois ci). Le petit plus de ce dernier album vient du fait qu’il est écoutable de la première à la dernière chanson, et ce sans trop hésiter à faire une petite pause au milieu du disque.

Roadkillovercoat est sortie fin janvier 2007 chez Epitath, septième album et nouveau tournant dans la carrière de Busdriver : après Big Dada et Mush (sans oublier Afterlife, amis CD-R bonjour), changement de label, changement de style, changement de décors. Ici, finit les productions jazzy de Daddy Kev, la complexité des compositions de Daedelus et autre Prefuse 73 ou Thavius Beck, car comme pour chaque album, il s'entoure différemment : ici, c'est le combo Boom-Bip/Nobody qui donnera la touche définitivement pop de l'album, signe d'une constante envie d'évolution de la part du boulimique Busdriver, et parfait pour soutenir ses chants et son rap décalé. Car si il y a quelque chose qui restera inchangé sur ses disques, c'est bien sa fougue et son univers bien à lui. Et il va vite le brigand, très vite, quitte à en mettre un peu partout. C’est, et de manière systématique, le reproche numéro un que l’on peut lui faire : s’éparpiller, quitte à lasser sur tout un album.

Le disque est ambitieux, dansant (le saccadé Less Yes's, More No's), mielleux avec le reposant Mr.Mistake, où le Emile Louis du rap canalise parfaitement son flow, de même pour Dream Catcher's Mitt (les deux titres étant les deux derniers du cd, comme un atterissage en douceur), des sons qui partent dans tout les sens (le bordel maîtrisé de Kill Your Employer en tête), pas mal de titres mélangeant toute ces caractéristiques, le gros morceau de l'album notamment, Sun Shower, plus pop que jamais, qui vous restera dans la tête pendant des heures, ou encore The Troglodyte Wins pour illustrer ce style multi facettes.

Voilà, c’était début 2007, maintenant plus d’excuses!



Chroniqué par Lebowski
le 28/07/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Interview avec Busdriver
(27/02/2010)

Interview avec Busdriver
(Mars 2007)

Fear of a Black Tangent
(2005)
Big Dada
Hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters