Accueil | dMute

Kap Bambino

: Blacklist



sortie : 2009
label : Because Music
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Blacklist
2/ 11:38
3/ Dead Lazers
4/ Lezard
5/ Red Sign
6/ Rezozero
7/ Batcaves
8/ Blue Screen
9/ Human Piles
10/ Plague
11/ Blond Roses
12/ Acid Eyes

Après avoir écumé les scènes les plus dark, le groupe électro-punk Kap Bambino entre (enfin) dans la lumière. Révélé au public par le biais de leur myspace et par leurs nombreux concerts, Kap Bambino est devenu l'emblème d'une génération underground, dopée au beat électronique qui fait saigner les oreilles. Faisant suite à un premier album largement apprécié "Zero life, Night Vision", la "Blacklist" du duo Grenoblois risque d'en laisser plus d'un sur le carreau, distillant à coups de sons distordus et de cris bestiaux une ambiance plus sombre mais toujours violemment appréciable.

La scène. La réputation du duo sur ce terrain les précède. Des shows délirants, au bord du débordement général avec l'hystérique et passionnée Caroline Martial au chant, qui n'a pas peur de se frotter au public, au devant des sons triturés du plus timide mais pas moins talentueux Orion. Alors problème: comment recréer cette atmosphère si particulière sur une galette ? C'était un pari réussi pour le premier album qui avait su recréer l'ultraviolence que transmet le duo en live. Mais qu'en est-il du nouvel opus ?

Blacklist, plus sombre mais aussi plus travaillé, laisse place à une nouvelle étape pour la formation. Des envies d'élargir son public, d'"aller au bout de Kap Bambino" selon leurs propres dires. Et l'esprit Kap Bambino est bien présent avec des titres furieux comme les déroutants Lezard et Human Pills mais aussi les titres agressifs et possèdants tels Red Sign (premier single de l'album) et Acid Eyes. Mais c'est aussi le temps d'explorer de nouveaux territoires pour Kap avec notamment Batcaves aux intonations sombres, Dead Lazers et ses sonorités club ou encore les titres plus pop Rezozero (qui n'est pas sans rappeler leurs compères et voisins grenoblois du duo Gangpol und Mit),Blue Screen ou encore Blond Roses qui font preuve d'une insouciance moins délurée.

Un sentiment donc partagé pour cet album qui dégage une certaine mélancolie, et qui voit ce duo d'electro-punk laisser place peu à peu à de l'électro-pop, de qualité certes mais était-ce ce que les inconditionnels du groupe attendaient d'eux ? Présents tout l'été sur différents festivals, on ne peut que vous encourager à vous former votre propre opinion car seule la scène peut rendre justice à ce groupe mythique qui, malgré un opus moins convaincant que le précédent, reste une formation novatrice, la seule capable de faire de l'ombre aux déjà légendaires Crystal Castles.



Chroniqué par ChristopheD
le 25/07/2009

Partager cet article :





1 commentaire

par triple buses (le 14/05/2010)
Kap bambino n'est pas grenoblois mais bordelais !
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters