Accueil | dMute

Marco Polo & Torae

: Double Barrel



sortie : 2009
label : DuckDown
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intro (feat. DJ Premier)
02/ Double Barrel (feat. DJ Revolution)
03/ Party Crashers
04/ Smoke (feat. M.O.P. & Heltah Skeltah)
05/ Lifetime (feat. DJ Revolution)
06/ But Wait
07/ Rah Rah Shit
08/ Danger
09/ Stomp (feat. Guilty Simpson)
10/ Con

Une pochette digne des plus belles mixtapes de rap new-yorkais, d’un goût particulier pour le dire avec des pincettes, une sortie chez le label DuckDown (quasiment pas un seul album de réelle bonne facture en plus de dix ans d’existence, ça relève de l’exploit), Double Barrel est le genre de disque où les a priori vous font fichtrement redouter l’écoute.

Beatmaker canadien, Marco Polo s’est révélé avec Port Authority en 2007, disque de producteur donc, et qui fut une des bonnes surprises de 2007, MC’s de qualité à l’appui (Masta Ace, Kool G Rap, Sadat X…). Marco Polo, c’est une technique bien rodée, souvent efficace.

Le rappeur, Torae, moins connu quant à lui, commence à se faire un nom à NYC, surtout depuis son premier album solo, Daily Conversation (référence évidente à l’album de Gang Starr), datant de l’année dernière, déjà entouré de gros bonnets tels que DJ Premier ou 9th Wonder. Rappeur originaire de Coney Island, tout ce qu’il y a de plus classique et donc, pas forcément très intéressant outre mesure. Torae, sans être fantastique, a ce mérite de mettre du cœur à l’ouvrage, et c’est ce que Marco Polo désirait, pour reprendre ses termes, se disant fatigué de ces rappeurs ne « rappant plus ».

Malgré tout, cette fusion fonctionne. Des beats bien gras, bien street sentant à plein nez l’influence de Primo, Black Moon, Onyx, Smiff N’ Wessun, M.O.P, ce que reconnait facilement Torae. A moins de demander la lune, c’est bien ficelé, l’album s’en tient à ça, sans prétendre à autre chose. Et bien entendu, comme l’annonce DJ Premier dans l’introduction, c’est du « boom-bap shit », inutile de préciser. Les puristes vont pouvoir y aller de leur petite jutée, c’est bien légitime. Ah, et des scratchs de DJ Revolution, autant dire que tout y est.
Des morceaux enregistrés en duo, en studio, chose de moins en moins fréquente dans le rap indépendant, où le rappeur en arrive souvent à poser ses couplets sur le son envoyé préalablement par le producteur. Premier single de l’album, le titre éponyme résume parfaitement l’ensemble du disque : accrocheur, musclé, efficace, déjà vu : bref, du boom bap efficace, signé Marco Polo, qui confirme après son premier solo.

Un album pour s’aérer le cerveau, tel un combo cartouche de protoxyde d’azote/bombe chantilly : agréable, ça fait son petit effet pendant quelques minutes, et puis l'affaire est faite.
Mais la meilleur définition de ce Double Barrel revient à Marco Polo: «Good fighting music, training music, driving music, killing music».



Chroniqué par Lebowski
le 23/07/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters