Accueil | dMute

Yppah

: They know what ghost know



sortie : 2009
label : Ninja Tune
style : Electro / Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Son saves the rest
02/ Gumball machine weekend
03/ Playing with fireworks
04/ Shutter speed
05/ The moon Scene 7
06/ They know what ghost know
07/ City glow
08/ Sun flower sun kissed
09/ The tingling
10/ Bobbie Joe Wilson
11/ A parking lot

Entré en grande pompe sur la scène musicale grâce à sa signature chez Ninja Tune, Yppah, alias Joe Corrales, avait fait plutôt bonne impression en 2006 avec You are beautiful at all times. Cet enfant du rock, bercé au son des guitares, revient quelques années plus tard avec un nouvel opus de ce que l’on pourrait communément appeler du « rock électronique. »

Sur son premier essai, Yppah offrait un repas similaire. Une musique aux vieilles influences, comme les guitares de They know what ghost know évoquant d’abord The Beatles avant que les claviers ne plongent l’auditeur dans l’univers des Doors. Plus électronique certes, plus léger en un sens, mais tout aussi chargé. Les claviers, usant d’un son très analogique, rappellent, comme sur You are beautiful at all times, un certain Kettel période My Dogan. Joe Corrales peut néanmoins se vanter de proposer un son nouveau, frais, qui, malgré ses nombreuses influences, présente un rendu unique.

Les aspects sont pourtant trompeurs. Le dîner est servi à la sauce rock et son trio d’ingrédients indispensables : basse, batterie, guitare. Equilibré, mais au goût trop prononcé. Les arpèges de guitare par exemple, dont Alias a fait sa brillante recette, sont étouffés par la rondeur de la basse et les boucles de batterie.

Il manque à l’album un petit répit, un trou normand aidant à la digestion. Shutter speed et The moon Scene 7 pourrait prétendre au titre mais interviennent trop tôt dans l’album. Ce dernier apparaît certainement comme l’un des morceaux les plus réussis de l’album. Il dégage une ambiance plus décontractée, plus aérienne, grâce un tempo légèrement plus lent et quelques impulsions. Un sentiment de progression, de variation du rythme. Très agréable, car plutôt rare chez Yppah.

Comme sur le premier album, je reprocherais l’omniprésence de la basse, trop ronde, trop marquée à mon goût, et qui finit par fatiguer, par lasser, et parfois même par vous filer un vilain mal de crâne. A n'en pas douter, le repas demeure agréable et l'addition paraît salée.

Chroniqué par Camille
le 07/07/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
You Are Beautiful at All Times
(2006)
Ninja Tune
Trip-hop / Electro-Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters