Accueil | dMute

Damian Lazarus

: Smoke The Monster Out



sortie : 2009
label : Get Physical Music
style : Electro-pop / Techno-Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Smoke The Monster Out
02/ Moment
03/ Memory Box
04/ King Of Fools
05/ Come And Play
06/ Diamond In The Dark
07/ Cold Lizards
08/ Neverending
09/ Lullabies
10/ Spinnin'
11/ Bloop Bleep
12/ It's Raining Today
13/ After Rave Del

Qu'y a-t-il de plus glauque que d'entendre un dj qui s'emmerde ? Oui, écouter un dj vous prendre pour un con. Un sentiment qui devient hélas récurent pour la masse pléthorique de compilations et autres mix mis sur le marché dernièrement.
Trop occupés à soigner leur packaging et la communication attenante, beaucoup en oublient leurs idées et surtout leurs auditeurs, se pavanant dédaigneux avec aux bouts des doigts de pauvres agencements mécaniques, du préfabriqué sans âme.

Repéré depuis un bon moment maintenant en tant que producteur, dj et patron de label (l'excellent Crosstown Rebels), Damian Lazarus en amoureux de la musique, n'a pas attendu de s'ennuyer et de nous fatiguer pour se lancer de salvateurs défis. Le long format, soit Smoke The Monster Out, son premier album en tant que tel, en est un et pas des moindres.

Portées par une maestria qui s'interdit toute exubérance, ses justes ardeurs qu'on sent passionnées, transforment ces treize titres en une expérience étrange au plus haut point, tout à la fois sensuelle, personnelle et inquiétante (à l'instar de cette pochette de disque tâchée de sang montrant une fillette à tête de panda).
Transitant sans transiger entre pop, techno et deep house, Lazarus n'use jamais de son background de technicien expérimenté pour compliquer sa musique mais pour illustrer au contraire la vision qu'il en a. Une musique inventive et mélancolique, délicate et érudite (le morceau phare de cet opus, le (monu)mental Moment est exemplaire à ce titre).

Alliant précision et tendresse (le magnifique instrumental de Lullabies), esprit aventureux aussi (il fallait oser sampler le Red Right Hand de Nick Cave sur Come and Play), Damian ira jusqu'à poser sa voix sur la majorité des morceaux, les nymphettes de Taxi Taxi! se chargeant du reste (notamment It's Raining Today reprise Björkienne du titre de Scott Walker).
Surprenant de prime abord - on se souvient très bien avoir ricané sur les plus que dispensables Diamond In The Dark et Neverending - cette mise en danger finit par renforcer la puissance poétique et évocatrice d'un disque auquel on ne s'attendait absolument pas. Et qu'on inscrit d'ores et déjà parmi les réussites de cette d'année. Si tout ça pouvait faire école.


Chroniqué par Yvan
le 14/06/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters