Accueil | dMute

Tapage

: Fallen Clouds



sortie : 2009
label : Tympanik Audio
style : Glitch

Tracklist :
01/ Ith
02/ Drain The Clouds
03/ Oppose
04/ Nail Cut
05/ Short Dresses
06/ Notbremse
07/ Cancelling Unlisted Time
08/ Clap Retrial
09/ Oval Shaped Square
10/ Dark Clouds Adrift
11/ Flap Fish
12/ ML7W
13/ Low Volt
14/ The Silent Hours
15/ Lab

Fallen Clouds est ce genre d'album dans lequel la technique prime sur les autres aspects. Ceux qui ne mangent pas de ce pain peuvent passer leur chemin. Pour les autres, Tapage offre une savante juxtaposition de rythmiques alambiquées à la Richard Devine, sur un fond d'ambient non sans rappeler les travaux de Hecq.

Les accords vaporeux qui s'y succèdent, les notes évasives posées sur le synthé, participent de ce climat brumeux que suggère le titre de l'album. Les mélodies, quant elles, se développent en retrait. A quelques exceptions près, elles n'effleurent les sens que pour mieux souligner les longues plages sonores qui constituent le matériau brut de cette musique. Malheureusement, elles ne parviennent jamais vraiment à insuffler cet élan élégiaque que l'on peut retrouver chez Hecq ou Gridlock. Et, étrangement, c'est quand Tapage fait intervenir des choeurs de violon (ML7W) qu'elles paraissent le mieux inspirées. Comme quoi, une simple touche acoustique peut parfois faire toute la différence entre un IDM froid et un autre qui met du baume au coeur.

Mais ce ne semble pas être la préoccupation essentielle de Tapage. Car là où il excelle, c'est dans la composition des rythmiques. Ce n'est sûrement pas étranger au fait que le hollandais ait fait ses premières armes avec le breakcore et le hardcore. Les glitch de basse fréquence résonnent comme les différents futs d'une percussion robotique, se traînant parfois en de longs warping (Clap Retrial) qui leur confère une texture moderne reconnaissable immédiatement, presque un symbole du genre.

Fallen Clouds est un album de découpage sonore, de sculpture sinusoïdale à la technique irréprochable. Il me rappelle un peu A Dried Youth, le premier album de Hecq, dans cette façon de sublimer les textures tout en délaissant quelque peu le fond. Et comme Hecq est parvenu par la suite, grâce à une meilleure complémentarité des différents éléments, à proposer des morceaux d'une beauté incroyable, on peut espérer que la musique de Tapage ait encore besoin de murir un peu pour se révéler dans toute sa splendeur. Pas le meilleur album qui soit, mais un travail prometteur.

Chroniqué par Tehanor
le 12/06/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters