Accueil | dMute

Au Revoir Simone

: Reverse Migration



sortie : 2008
label : Our Secret Record Company
style : Electro-pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The Lucky One - Slow Club
02/ Sad Song - Pacific!
03/ Fallen Snow - The Teenagers
04/ I Couldn’t Sleep - Darkel
05/ A Violent Yet Flammable World - Montag
06/ Don’t See The Sorrow - Keith Murray
07/ Dark Halls - Best Fwends
08/ Night Majestic -

Si on ne regrettera pas - totalement -les propos élogieux que l’on a pu tenir sur The Bird of Music, on ne nous y reprendra cependant pas deux fois.

En fin d’année 2008, les trois donzelles d’Au Revoir Simone préfèrent sortir un disque de remixes plutôt qu’un troisième album. Si l’on se souvient que leurs voisins Grizzly Bear avaient fait remixer leur premier album à peine sorti avec un talent considérable, il n’est pas certain qu’elles aient, elles, matière à.

C’est, dans l’ensemble comme dans le détail - et surtout sur la longueur – indigeste. Pacific! offre une version de Sad Song digne de la Foire du Trône, - titre sur lequel Alexis Taylor des Hot Chip s’acharne lui aussi en fin d’album. Stars devient une immonde chanson disco, comme cela devrait être proscrit depuis longtemps. Etc. La liste est longue.

Reverse Migration est une insulte à la musique pop mais ne fait qu’enfoncer le clou, en exaspérant ce que l’on trouve à l’origine chez Au Revoir Simone. Cette touche rétro que l’on jugeait alors bien pensée, pour des mélodies bien troussées.

On n’a pas trop envie, de fait, d’en dire plus – si ce n’est qu’il nous faut rendre justice à l’Anglais James Yuill pour avoir su épargner Lucky One après que Slow Club l’a égratigné. Seule véritable pause dans cette série quasi continue de médiocrité, la version de Fallen Snow que les Teenagers ont réalisée il y a de ça plus d’un an, et que l’on ne trouvait jusqu’alors que sur 45 tours. C’est mince.

Ce que l’on peut tout au mieux appeler une compilation a tout de même le mérite de confirmer tout le mal que l’on pensait de Jean-Benoît Dunckel, la moitié autiste du groupe Air. Dunckel reprend sous le nom – tellement ridicule - de Darkel le titre I Couldn’t Sleep pour nous sortir une merde à peine digne du dernier Sébastien Tellier. C’est dire.






Chroniqué par Igor
le 15/02/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Bird Of Music
(2007)
Moshi Moshi Records
Electro-pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)


ven. 25/07 - Chronique
Austin Buckett - Grain Loops
jeu. 17/07 - Chronique
Lorelle Meets The Obsolete - Chambers
lun. 07/07 - Chronique
M. Geddes Gengras - Ishi
sam. 05/07 - Chronique
Junior Cony - The End
 newsletter : 
ok






Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters