Accueil | dMute

Birdy Nam Nam

: Manual For Successful Rioting



sortie : 2009
label : Jive
style : Unclassifiable dancefloor

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Red Dawn Rising
02/ Trans Boulogne Express
03/ War Paint
04/ Bonne Nouvelle
05/ Love Your Enemy
06/ Worried
07/ Manual For Successful Rioting
08/ Space Cadet Apology feat. Nukleus
09/ Shut Up
10/ Homosexuality
11/ The Parachute Ending

Attention Birdy Nam Nam envoie la purée. Que les impatients se méfient, l’assiette est chaude bouillante. Bêtes de scène incontestées, les quatre Djs champions du monde DMC n’avaient plus rien à prouver en turntablism. Et ça tombe bien car ils commençaient à tourner en rond avec leurs seules platines. Voici donc comment les Birdy ont fait leur révolution... numérique.

Réputés pour mettre le feu au plus mou des festivals de campagne, Dj Pone, Crazy B, Need et Mike confirment leurs envies de faire danser la planète entière. Exit les sonorités jazz et la douceur de leurs premiers succès comme Abesses, pourtant si bien retranscris dans leur dvd live. Place à une musique électronique très musclée au son digital brillamment mixé. Derrière Manual For Successful Rioting se cache Yuksek. Les Birdy l’ont avoué, une fois terminé, l’album ne sonnait pas comme ils le souhaitaient. Voilà comment par l’intermédiaire de leur label UWe, Yuksek et Birdy Nam Nam ont commencé leur fructueuse collaboration.

Le résultat est pour le moins surprenant. Les synthés triturés alliés aux guitares électroniques concassées font le gros du travail, ralliant parfois la scène techno mais surtout la controversée French touch. Sauf qu’ici le beat lourd oscille entre groove implacable et breaks fous fous made in Squarepusher, donnant à chaque piste un aspect inattendu assorti de transitions impeccables.

Manual for successful rioting s’apprécie dans sa globalité pour ses montées incessantes. La plupart des morceaux progressent lentement vers un son plus dansant, atteignant souvent une folie totalement maîtrisée par les quatre Djs, comme sur l’incroyable Red Dawn Rising ou sur le sado-maso Love your Enemy. On retrouve chez Birdy Nam Nam l’énergie dégagée par Boys Noize sur certaines pistes d’Oi Oi Oi, comme Don’t believe the hype.

Justice pose également sa patte si particulière sur le remuant The Parachute Ending, qui devrait retourner plus d’un dancefloor. Sans homophobie aucune, je dois en revanche avouer ma tendance à zapper le titre Homosexuality, qui réveille mes allergies au Sexuality de Tellier, l’homo en moins.

Ce deuxième disque marque un cap pour les Birdy Nam Nam. Celui de l’abandon de leur étiquette jazz hip-hop qui leur collait à la peau, au profit d’un son digital très dansant qui met bien la patate. Je vous avais prévenu, ils envoient la purée. Et c’est délicieux. Birdy Miam Miam.

Chroniqué par Camille
le 07/02/2009

Partager cet article :





2 commentaires

par Glad (le 07/02/2009)
Squarepusher tout court en fait, la comparaison est bizarre...

par Auré (le 07/02/2009)
Squarepusher fait du big beat ? C'est bien la première fois que j'entends ça !
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 23/01 - Chronique
OOIOO - Nijimusi
sam. 18/01 - Chronique
Oval - Scis
jeu. 09/01 - Blog
Amelia Tabeï - Donna Sol
mer. 25/12 - Blog
#17 : Grand Huit
lun. 23/12 - Interview
Interview avec Akira Kosemura
sam. 21/12 - Blog
Hip-Hop 2019
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters