Accueil | dMute

Starkey

: Ephemeral Exhibits



sortie : 2008
label : Planet Mu
style : Dubstep

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Gutter Music
02/ Pictures
03/ Miracles
04/ Dark Alley
05/ Escape
06/ Marsh
07/ Pressure
08/ Time Traveler
09/ Striking Distance
10/ Last Chance
11/ Bang Bang The Witch Is Dead
12/ Spacewalk

Après de nombreux EP’s, remixes et autres compiles sur différents labels, Starkey se voit offrir par Planet µ l'occasion de passer au long format et de gagner par là même une reconnaissance d’une autre ampleur.

Ne vous attendez pas au dubstep glauque et industriel qui caractérise bon nombre d’artistes du label (Vex’D, Milanese ou Distance). Les impératifs du genre (rythme alangui et basse à fissurer les murs) sont contrebalancés par des sonorités agressives et distordues tout droit sorties des consoles de jeux 80’s et des synthés old school. On peut donc retrouver des similitudes avec la scène skweee, bien qu’ici les mélodies naïves soient remplacées par des rafales sonores. Le dancefloor n’a plus rien en commun avec les aventures de Sonic mais plutôt avec un champ de bataille où s’affrontent des ondes carrées et triangulaires.

Les deux premiers morceaux illustrent bien ce parti pris. Ils alternent rythme dub et électro pur sous les bombardements sporadiques de synthé et le grondement des basses. On peut d’ailleurs entendre la sirène retentir lorsque les drums s’énervent sur Pictures. On retrouve le même type de traitement sur Dark Alley, Escape et Last Chance plus loin sur l’album, mais sans les ruptures rythmiques. Starkey peut aussi se laisser aller à un brin de nostalgie, comme sur Time Traveler ou Miracles. On y retrouve des ambiances plus feutrées et des samples R&B qui rappellent les atmosphères sombres de Burial. C'est moins convaincant. Seul Spacewalk, qui conclut l'album, arrive à recycler habilement une boucle de piano maintes fois entendue pour un résultat facile mais plaisant.

Starkey a de la personnalité à revendre et c’est lorsqu’il appose clairement sa marque que les titres sont les plus intéressants. Toutefois, quand les spectres de Pinch ou Burial s'invitent aux côtés de l'artiste, on le sent moins assuré face à ces références qui le desservent quelque peu. De plus, le passage au long format n’évite pas un ou deux errements : les morceaux Bang Bang The Witch Is Dead et Striking Distance sont tout à fait dispensables. Au final, on retiendra Ephemeral Exhibits comme l'épreuve réussie d'un Starkey à l'exercice du premier LP.


Chroniqué par Runciter
le 14/01/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters