Accueil | dMute

Paul Kalkbrenner

: Berlin Calling - Soundtrack



sortie : 2008
label : BPitch Control
style : Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Aaron
02/ Queer Fellow
03/ Azure
04/ Sky & Sand
05/ Square 1
06/ Altes Kamuffel (Special Berlin Calling Edit)
07/ Torted
08/ Moob
09/ Sasha Funke - Mango (Special Berlin Calling Edit)
10/ Atzepeng (Special Berlin Calling Edit)
11/ Castenets

Maillon fort de la scène techno mondiale, l’Allemand Paul Kalkbrenner n’a plus grand chose à prouver quant à ses compétences de Dj. Hébergé par le célébrissime B-Pitch Control, le Berlinois a donc décidé de s’attaquer à un nouveau challenge, celui du cinéma. Acteur principal du film Berlin Calling retraçant la vie d’un Dj et producteur accroc à la dope, Paul Kalkbrenner en a naturellement signé la bande-originale. Quoi de plus logique.

Berlin Calling ne s’apparente donc pas à un simple album mais bien à une bande-son d’un film traitant de la musique électronique et du monde des Djs. On y trouve un mélange d’anciens morceaux de Kalkbrenner, revus pour les besoins du film, et d’inédits composés spécialement pour l’occasion.

Des bombes dancefloor qui ont fait sa réputation (Altes Kamuffel, Gebrunn Gebrunn) aux pistes plus deep toutes aussi efficaces (Castenets), Paul Kalkbrenner n’a choisi que le meilleur de sa discographie pour accompagner les images de Berlin Calling. De vraies pépites qu’il est presque jouissif d’entendre légèrement retravaillées. On appréciera au passage la reprise de Mango, de Sascha Funke, son comparse de B-Pitch, petite perle techno extatique où l’esprit s’évade sans préavis. On y retrouve également le très bon Queer Follow, déjà présent sur l’album Self.

A côté de cela, du sang neuf, du frais. Le très bon Aaron, qui lance cette bande-originale avec une guitare amusante et astucieusement placée. Ou encore Azure, plus minimal mais diaboliquement efficace. On notera aussi l’apparition au chant du frère Kalkbrenner, Fritz, sur Sky and sand, version techno d’un Moby dans sa meilleure période. D’autre pistes réveilleront les plus clubbeurs les plus narcoleptiques, à l’image d’Absynthe, où comment faire danser une armée d’éponges amorphes en pressant Play.

Entre techno dansante et sensualité électronique, Paul Kalkbrenner livre ici une partition soignée qu’il doit être très agréable d’écouter au cinéma , version Dolby surround super digital subwoofer stereo. De quoi animer plus d’un dancefloor, ce que Paulo maîtrise à la perfection.

Chroniqué par Camille
le 13/01/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reworks
(2006)
BPitch Control
Electrotech



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters