Accueil | dMute

Murcof

: The Versailles Sessions



sortie : 2008
label : Leaf
style : Modern Classical

Tracklist :
01/ Welcome To Versailles
02/ Louis XIV's Demons
03/ A Lesson For The Future, Farew
04/ Death Of A Forest
05/ Spring In The Artificial Garde
06/ Lully's Turquerie As Interpret

Chaque été se tiennent, dans les jardins du château de Versailles, les Grandes Eaux Nocturnes. Des commandes sont passées ; des projets sont pensés ; des performances sont montées ; tous dans le but d'insuffler un peu de vie à l'un des symboles de la monarchie à son apogée. C'est le mot d'ordre de la politique culturelle française. On tente de satisfaire l'âme en peine de monuments en jouant avec l'eau, le son et la lumière. L'éphémère bouscule les pierres anciennes puis disparaît, laissant parfois sur son passage quelques gravures immatérielles, comme The Versailles Sessions de Murcof.

Il a pourtant fallu attendre un an et demi pour se mettre The Versailles Sessions sous l'oreille. Jusque là, il n'en subsistait de traces que dans le château lui-même. On ne sait trop si ce sont des raisons contractuelles, techniques, ou la simple volonté d'entretenir quelques mysticismes qui ont poussé Leaf a les publier si tard, mais peu importe. Pour Murcof, cet album ne succède pas à Cosmos. Le mexicain préfère que l'on considère cette galette comme le fruit d'un projet à part entière. Les produits issus de commandes occupent souvent cette place un peu ambigüe pour leur géniteur ; l'écoute de The Versailles Sessions nous laisse aisément comprendre pourquoi.

Mise à part une discrète apparition sur Lully's Turquerie As Interpret, les rythmiques ont complètement disparu. Thématique oblige, Murcof met à l'honneur des instruments typiques du XVIIème : le violon, la flute, le clavecin, la viole de gambe, et le chant lyrique. On reconnaît toujours la patte du compositeur dans sa façon d'apporter une profondeur ambiante à ses compositions, mais son travail se situe beaucoup plus dans la manipulation des sonorités acoustiques que dans l'apport d'une couche proprement électronique.

Comme le steampunk s'efforce de nous plonger dans un univers à cheval entre le XIXème et la science-fiction, Murcof tente le pont entre le XVIIème et aujourd'hui. Sa vision de Versailles n'a rien d'une carte postale. Elle va plutôt chercher dans ses sous-terrains cachés ou ses geôles enterrées avec leurs secrets. L'exercice de style est réussi, mais se destine avant tout aux inconditionnels du genre. Les autres auront mieux fait de découvrir l'immense talent de Murcof en commençant par ses premiers albums.

Chroniqué par Tehanor
le 06/01/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Cosmos
(2007)
Leaf
Electro/Ambient/Classique
Remembranza
(2005)
Leaf
Electronica /Ambiant
Utopia
(2004)
Leaf
Electronica /Ambiant
Martes
(2002)
Leaf
Soft-electronica



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters