Accueil | dMute

Jacaszek

: Treny



sortie : 2008
label : Miasmah
style : Modern Classical

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Rytm To Niesmiertelnosc
02/ Lament
03/ Orszula
04/ Zal
05/ Powoli
06/ Taniec
07/ O Ma Zalosci !
08/ Tren IV
09/ Walc
10/ Martwa Cisza
11/ Rytm To Niesmiertelnosc II

La musique de Michał Jacaszek a toujours été intimement liée au verbe. Depuis ses premières illustrations de poèmes jusque Treny il s'est écoulé dix ans ; dix ans pendant lesquels le polonais n'a cessé de multiplier les projets. Qu'il s'agisse de performances live ou d'albums, ceux-ci ont la plupart du temps eu en commun la volonté de conjuguer musique électronique et poésie. Pour Treny, les vers ont disparu, mais pas le lyrisme ambiant. Fidèle à ses habitudes, Jacaszek essaie une nouvelle formule, de nouveaux invités. Cette fois viennent se joindre un violoniste, une violoncelliste, et une chanteuse lyrique.

Imaginez donc quelque notes de piano tournant en boucle, un vinyle qui fait du surplace sur fond d'orchestration intimiste au jeu résolument dépressif. "Je veux créer mon propre langage musical, personnel et reconnaissable" explique Jacaszek. Pour ce faire, le producteur voit dans la manipulation électronique le moyen d'enrichir les instruments acoustiques traditionnels, et non pas l'inverse, comme c'est souvent le cas. Par manipulation, Jacaszek n'entend pas massacre breakcoreux à la Venetian Snares (Rossz Csillag Allat Született), ni déstructurations glitch à la Murcof (Martes). Les interventions du bidouilleur se font au contraire discrètes. Elles se limitent généralement à quelques craquements, souffles de vinyles, reverses, échos et, de temps à autres, une timide éructation informatique. C'est donc plus vers les travaux de Julien Neto ou de 1990 qu'on peut rapprocher Treny.

Non seulement cet album jouit d'une production irréprochable, mais il plonge son auditeur dans une mélancolie sans pareil. Jacaszek me rappelle, habitué des musiques électroniques que je suis, à quel point il est finalement si aisé, pour des instruments comme le piano, la harpe ou le violon, de vibrer sur la corde de nos émotions. Inutile d'en ajouter. L'électronique se pose comme une touche délicate à la palette, ni au dessus, ni en deçà des instruments acoustiques. Michał Jacaszek est le quatrième musicien dont la partition se lit en pixels.

Chroniqué par Tehanor
le 29/12/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
KWIATY
(2017)
Ghostly International
Modern Classical / Electronic / ambient
Pentral
(2009)
Gusstaff
Modern Classical



1 commentaire

par Matthias Herbert (le 03/01/2009)
excellent album dans la veine de colleen et julien neto, des mélodies sombres et timides qui hantent longtemps nos oreilles. LA vrai bonne découverte de fin 2008!
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters