Accueil | dMute

Rob Mazurek

: Abstractions on Robert d'Arbrissel



sortie : 2008
label : Adluna Records
style : Musique improvisée / Jazz / Musique électronique

achat/téléchargement

Tracklist :
1. The Body
2. The Non-Body
3. The Tomb
4. Dust To Dust
5. Meditation And Skyward Motion
6. The Feet
7. The Legs
8. The Torso
9. Ici On Crève (It Is Dark But I Sing)
10. The Head
11. Sound And Silence

Robert d’Arbrissel n’a rien d’une figure secrète de la contre-culture française qu’exhumerait Rob Mazurek, comme je l’ai cru, fantasmé, d’abord. Non, Robert d’Arbrissel était un homme d’Eglise, à la vie bien remplie (voyages nombreux en France, progrès rapides dans la hiérarchie ecclésiastique, études littéraires et de théologie, accès au rang de docte, postes de pouvoir : un vrai roman !) et qui mourut en 1117. Le 24 février très exactement, date à laquelle son corps fut accompagné d’un cortège nombreux à l’Abbaye Royale de Fontevraud. Et moyennant ce petit parcours dans la vie de Robert d’Arbrissel, on comprend pourquoi le disque du second Robert, Mazurek celui-ci, se nomme ainsi.

Rob Mazurek a en effet séjourné en résidence à l’Abbaye Royale de Fontevraud en 2005, où il a conçu une pièce multimédia fondée sur l’environnement du lieu, réalisation qui inclut, outre ses improvisations au cornet, des manipulations numériques de compositions au piano, des peintures, et des manipulations numériques de peintures, vidéos et textes. Ce disque se propose surtout de faire entendre les compositions jouées au cornet dans l’abbatiale, et l’on y entendra aussi quelques parties de piano, des manipulations électroniques, des chants d’oiseaux ainsi qu’un étonnant field recording à la fin. L’acoustique domine ici, à ma grande surprise, habitué plutôt aux manipulations électro-acoustiques de Mazurek quand il est en solo. Cet écart fait aux habitudes du musicien, s’il étonne d’abord, signale un peu plus encore la singularité du projet, et son statut d’objet unique.

Exploitant l’acoustique en même temps que la ferveur du lieu (sur les premiers titres, le cornettiste joue en duo avec son écho, d’une belle manière), Rob Mazurek a à cœur, ici, d’explorer les recoins de l’Abbaye, ses intérieurs comme ses extérieurs. Lieu propice au recueillement, Rob Mazurek n’en capte la majesté qu’à la condition de s’en imprégner lentement. A la fin, il livre un ensemble de méditations dépouillées sur la mort et l’espace dans lequel le corps évolue.

A cette musique, il répondra par une autre pratique, la peinture : on peut ainsi examiner, dans le livret soigné qui accompagne ce disque, un ensemble de toiles de teneur abstraite et expressionniste, réalisées par le musicien dans son atelier installé dans l’Abbaye. Abstractions on Robert d’Arbrissel rend compte – de manière pas tout à fait exhaustive mais presque – de l’expérience artistique qui s’est déroulée à l’Abbaye Royale de Fontevraud. C’est donc une pièce de choix, dont la valeur ne tient pas seulement à la qualité de la musique enregistrée ici – ample, recueillie, grave, intense – mais aussi au fait qu’elle témoigne d’une démarche artistique complète : volonté de l’artiste de donner à connaître la démarche artistique (le livret est garni de photos de la session d’enregistrement) autant que son résultat, travail de collaboration qu’on imagine étroite avec le label (dont les deux fondateurs, Yannick et François Perica, réalisent respectivement la prise de son et l’artwork du disque), intégration de cet enregistrement dans ce qui semble déjà dessiner pour Adluna Records une ligne esthétique : la précédente sortie du label, You Can Burn A Corpse But You Can’t Kill A Ghost de Pure Horsehair, était déjà enregistrée dans une ancienne chapelle médiévale et captait l’esprit du lieu. Tant de soins et d’attentions accompagnés de résultats aussi passionnants, réfléchis et à contre courant du tout-venant de la production actuelle doivent être salués et reconnus pour ce qu’ils ont  de rare et de précieux : c’est chose faite.


Chroniqué par Mathias
le 08/11/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(12/09/2008)
@ Cité de la Musique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters