Accueil | dMute

Digitonal

: Save Your Light For Darker Days



sortie : 2008
label : Just Music
style : Modern Classical

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ana Kata
02/ Silver Poetry
03/ Wide Eyed, Wrapped In Love
04/ 93 Years On
05/ Nothing Left To Say
06/ Emberkriess
07/ A Lighter Touch
08/ Gone
09/ After The First Death
10/ The Beating Of Her Heart

Save Your Light For Darker Days : que veulent nous dire Digitonal avec le titre de leur dernier album ? S'agit-il de nous prémunir d'une aire prochaine d'obscurantisme musical ? À écouter la galette, on a peine à y croire. Le syncrétisme qu’il opère entre musique classique et électronique pourrait certes avoir de telles prétentions, mais l’album transpire la modestie ; on est loin de la grandiloquence dont fait preuve Venetian Snares pour s’adonner au même genre d’exercice. Cette injonction n’a peut-être finalement d’autre finalité que de nous appeler à rêver. Si on évacue l’aspect prophétique de la chose, il ne nous reste plus qu’à aller chercher dans le lyrisme que revêt l’imaginaire nocturne. Après tout, c’est ce vers quoi tend la pochette.

Les jours sombres de Digitonal doivent se perdre dans un hiver polaire, là où le soleil perce timidement l’horizon et se couche aussitôt. La musique s’y prête bien ; l’électronique s’y déguste froide. Elle rappelle beaucoup, à ce titre, Le Fumeur de Ciel de Julien Neto. Ce n’est pas un hasard si les deux albums se parent d'icônes à la gloire de la nuit. Mais si Julien Neto nous livre une poésie assez austère, Digitonal lui préfère la grâce des mélopées acoustiques. C'est ce qui fait le charme du modern classical. L'orchestration y gagne un coup de jeune ; l'électronique y trouve du coeur ; l'agencement est comme du roquefort, fort et fondant à la fois. Save Your Light For Darker Days est un mobile dans lequel les figurines ont été remplacées : la baleine par une harpe, la pieuvre par une clarinette, les poissons par un chœur de violons. Il plonge l'auditeur dans une douce torpeur, le berce, l'endort, et constitue sûrement de la sorte cette dernière lumière, vers des jours plus sombres.

Chroniqué par Tehanor
le 11/10/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The centre cannot hold EP
(2004)
Seed records
Electronica / Classique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters