Accueil | dMute

Emiliana Torrini

: Me and Armini



sortie : 2008
label : Rough Trade
style : Pop Folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Fireheads
02/ Me and Armini
03/ Birds
04/ Heard It All Before
05/ Ha Ha
06/ Big Jumps
07/ Jungle Drums
08/ Hold Heart
09/ Gun
10/ Beggars Prayer
11/ Dead Duck
12/ Bleeder

Il est 21 h et la concentration nécessaire pour achever la journée de boulot m’a complètement abandonnée. Les oreillettes branchées à l’ordinateur, je passe mon temps à regarder dehors, scrutant le parcours des gouttes de pluie qui coulent le long des vitres dégueulasses du bureau. Le ciel s’est assombri et la nuit ne devrait pas tarder à effacer de son voile noir la journée pourrie que tous les Nantais ont connue. J’ai l’esprit monopolisé par cette jolie petite brune dont le visage et la démarche habillent chaque clip imaginaire d’Emiliana Torrini. Pas envie d’être sur cette chaise de bureau inconfortable. Envie d’évasion.

À l’époque où la recette pop folk semble accoucher à chaque fois d’un succès - Ayo, Asa… - l’Italo-Islandaise Emiliana Torrini fait sagement sa rentrée avec Me and Armini, son troisième album d’un genre équivoque. Simple adaptation aux tendances ? Pas vraiment, puisqu’en 2004 déjà la jolie Emiliana avait pris le virage avec Fisherman’s women. Quatre ans plus tard, elle reprend les arpèges de guitare sèche et sa douce voix, connue pour Gollum's song sur le second volet du Seigneur des Anneaux, et envoûte garçons et filles.

Peu importe les images que vous mettrez à l’écoute de Me and Armini, au fur et à mesure qu’il avance, l’album procure nombre de sentiments différents. De la tristesse sur le magnifique Birds à la nostalgie de Hold heart en passant par la joie de vivre de Jungle drum, Emiliana berce l’auditeur dans une croisière intemporelle. Les arrangements sont propres et chaque petit son est utilisé à bon escient. Celle qui a collaboré avec Thievery Corporation, et de nombreux autres, n’oublie pas non plus ses origines trip-hop et ses progressions qui vous prennent aux tripes (hop). Dead duck vaudra là une écoute les yeux fermés.

Emiliana Torrini ne se cantonne pas d’un album pop-folk comme il en sort deux par jour à l’heure actuelle. Plus original - car varié - et abouti que Fisherman’s friend, le nouvel opus d’Emiliana propose ici un petit voyage léger aux multiples escales toutes enrichissantes. Rares sont ces compositions où rien est à jeter. Me and Armini est léger dans l’écoute, pas dans sa qualité musicale.



Chroniqué par Camille
le 10/09/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Love in the Time of Science
(2000)
One Little Indian
Trip-Hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters