Accueil | dMute

Loco Dice

: 7 Dunham Place



sortie : 2008
label : Desolat Recordings
style : Electro / House

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Breakfast At Nina's
02/ How Do I Know ?!
03/ Consequently Excentric And Delicate
04/ Black Truffles In The Snow
05/ La Esquina
06/ Tight Laces
07/ Got Leaks In The Roof
08/ Pimp Jackson Is Talkin' Now!!!
09/ M Train To Brooklyn

New York. La Ville par excellence, et toute sa frénésie c'est ce qui préfigurait le 1er album de Loco Dice, producteur reconnu de house minimale venu de Dusseldorf. Pour tout vous dire, on se méfiait un brin du concept annoncé. Le coup du "I am a German Man in NY" très peu pour nous. Mais on a fini par se laisser transporter par la démarche du bonhomme et ses révérences à la cité américaine.

7 Dunham Place est l'adresse à Brooklyn du loft où Dice et son compagnon de toujours Martin Buttrich (le son de Timo Maas c'est lui) décident de délocaliser leur studio, histoire de donner corps à un vieux fantasme : s'immerger dans la fureur de la vie new-yorkaise et créer. D'une adresse, cela deviendra tout logiquement le titre de ce premier long format, signé sur Desolat Recordings qui n'est autre que le label crée l'an dernier par L.D.. Une affaire en totale autarcie, donc. Evitant avec classe l'écueil très vite fatigant de la rétrospective énumératrice, il nous fait part avec finesse de sa rencontre avec cette mégalopole mythique, à travers 9 morceaux, portés par une production, suante de groove, rugueuse dans les coins - le travail derrière ses machines de Buttrich y est surement pour beaucoup - qui ne sont rien d'autres que l'expression plurielle de leur ressenti face à l'immensité vertigineuse de ce monstre d'urbanité.

D'une approche très émotionnelle, chose de plus en plus rare dans la house minimale, cette dernière fait ici le dos rond (le spatial Tigh Laces), se teinte de jazz (La Esquina et son piano tout embobiné de boucles ronflantes), de hip-hop (le gouailleur Pimp Jackson Is Talkin Now, un hommage aux premiers amours du monsieur quand il s'appelait alors Dice Corleone et qu'il ouvrait pour Snoop Dog) ou de dub (M train To Brooklyn, final hypnotique). Là, elle joue la mélancolie et l'errance (le vrombissant et sexué Consequently Excentric And Delicate), ou tout simplement donne dans le contemplatif (les yeux dans le vide, perché sur le toit du loft dans Got Leaks In The Roof) voire le narratif (Breakfast At Nina's, la pluie derrière la vitre, les effluves acres de café). Loin de jouer au tour operator, Loco Dice propose un véritable carnet de route sonore, chaleureux et habile, sincère et personnel. Un succès.

Chroniqué par Yvan
le 24/06/2008

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters