Accueil | dMute

Portishead

: Third



sortie : 2008
label : Island
style : Electro / Rock / Indus

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Silence
02/ Hunter
03/ Nylon smile
04/ The rip
05/ Plastic
06/ We carry on
07/ Deep water
08/ Machine gun
09/ Small
10/ Magic doors
11/ Threads


Tout a déjà été dit sur Portishead. Le troisième album tant attendu du groupe mythique de Bristol a été maintes fois annoncé, tenant les aficionados en haleine, la sortie sans cesse repoussée, mais voilà enfin Third arrivé au terme de sa gestation.

Après le succès immédiat de Dummy en 1994, Portishead se retrouve propulsé dans le rôle d’ambassadeur de la scène trip-hop aux côtés de Tricky et Massive Attack. Le groupe confirme son talent en 1997 avec un album éponyme, et affirme toute sa maturité lors d’un concert à New-York, accompagné d’une trentaine de musiciens, rendu inoubliable par sa sortie sur Cd. Et depuis plus rien à part des spéculations et rumeurs. Seule Beth Gibbons, chanteuse emblématique du groupe, fait un essai en solo en 2002, joliment titré Out of season.

Alors quand arrive le moment où ce nouvel objet doit justifier son utilité en allant caresser la platine, son (heureux ?) possesseur sent monter en lui l’impatience, mais aussi la crainte d’être déçu. Comme une période de fricotage où l’on peine à conclure, par peur de se voir refuser l’accès aux lèvres de la promise (ou du promis). Et puis à un moment on se lance, sans savoir pourquoi, ni comment.

Que penser de Machine gun, où le matraquage répétitif tranche cruellement avec la voix suave de Beth Gibbons ? Tellement minimal dans sa structure comme dans son contenu, qu’il résume à lui seul l’album. Difficile à la première écoute mais finalement pas si désagréable. Portishead est un groupe qui invite à la mélancolie, pas seulement par la douceur du chant, mais paradoxalement grâce à une musique sombre et rugueuse. On pense inévitablement à Archive, pour l’emphase de chaque morceau et la noirceur de l’ambiance. Sauf que les géniaux créateurs de Londinium ont préféré surfer sur la vague du mauvais plutôt que de s’arrêter.

Third s’avère beaucoup moins électronique que ses frères aînés. Les pistes musicales sont simples et rarement évolutives (Nylon smile). On pourra regretter les envolées de clavier et de cordes qui dominaient jadis les morceaux tels que Mysterons ou Roads et faisait pleurer le plus serein des hommes. L’album pêche par son penchant rythmique, où les douces mélodies n’ont plus leurs places, abandonnées au profit de guitares agressives comme sur We carry on. Et puis il y a les Ovnis comme Deep water duo entre Beth et un ukulélé.

Plus proche de l’album solo de Beth Gibbons, certains titres arborent une robe plus mélodique, à l’image du triste The Rip, et ses arpèges de guitare quasi approximatifs, finalement relayés par un synthé bien amené. L’une des mes pistes favorite à n’en pas douter, mais qui pêche par son manque d’envolée finale.

Avec Plastic, Portishead visite le registre de Pink Floyd assez brillamment et bruyamment. Mais encore une fois, on ressort frustré par une brusque fin. A peine l’oreille a-t-elle le temps de s’adapter que le morceau s’achève. Un vin avec une forte accroche, une délicat aspect en bouche, mais qui ne tient pas le palais.

Que l’on aime ou pas Third, nous ne pouvons que saluer l’audace d’un groupe qui signe son retour après une si longue période d’absence. Maturité oblige, l’album ne pouvait être du même sang que les précédents chef-d’œuvres. Portishead a semblé produire une musique qui lui tenait à cœur, au risque de froisser ses fans, plutôt que de se terrer dans un immobilisme qu’on lui aurait reproché. Sans aller jusqu’à dire « bravo » j’adresserai un « bien vu. »


Chroniqué par Camille
le 05/06/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Portishead
(1997)
Go Beat!
Trip-Hop
Dummy
(1994)
Go Beat!
Trip-Hop



1 commentaire
http://boshi64.free.fr/
par Boshi (le 11/06/2008)
Dès la 1ère écoute de Machine Gun, j'ai attendu la sortie de Third. Depuis entre mes mains, Third est pour moi une petite révolution. Portishead signe d'après moi son meilleur album, Dummy était excellent mais après des années d'écoute, la Trip Hop ne me touche plus beaucoup, ayant l'impression que les sons sont tous les mêmes, les mélodies aussi... Third me rappelle le son et la créativité de Can, mais aussi des choses que je n'avais jamais entendu, le rythme et les percussions de The Rip me donne tous les jours des frissons, We Carry On prouve que Joy Division a laissé des traces, et enfin Machine Gun fait parfaitement son "travail" dans ce que j'attends d'un album : m'étonner, me toucher, me rendre doucement malade.
Vivement le prochain.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters